Aiguille de la Pennaz depuis le lac de la
Gittaz

Aiguille de la Pennaz depuis le lac de la
Gittaz

  • Altitude départ : 1650
  • Altitude sommet : 2683
  • Dénivelé : 1000
  • Temps de montée : 2h30
  • Temps de descente : 15 mn de vol
  • Orientation : Ouest
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire accès

De la Gittaz, traverser la rivière, remonter le vallon de la Gittaz, passer dans les gorges et un beau sentier en encorbellement, atteindre le plan de la source,1991m. Prendre à gauche plein nord et quitter le sentier au bout de 150m de dénivelé. Prendre encore à gauche a travers champs pour rejoindre la crête Sud des Aiguilles de la Pennaz. Poursuivre à cheval jusqu'au sommet.

Itinéraire vol

Le Décollage oriental est un peu avant le sommet. Le Décollage sud est au delà du sommet. Vol, ras Attérro vaste et dégagé.

Précautions

Les derniers 300 mètres sont un peu pénibles hors sentiers


Commentaires difficultés

Décollage délicat par la nature du sol en ouest, par la raideur de la pente en est
5.0/5 (1 vote)

Topo créé le :

Albertville... Beaufort... Direction Cormet de Roselend... A gauche vers lac de la Gittaz... Dépasser le lac et continuer jusqu'au terminus le plan de la Gittaz


Parcours


  • Nb points : 907
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 5.027
  • Dénivelé - : 44
  • Dénivelé + : 910
  • Taille fichier : 25 kB
  • Téléchargement


Sortie du 30-09-2011

Vaste atterrissage plat et dgag : Idal

Les aiguilles de la Peñas ! Avec un nom pareil ça ne peut pas être moche !

Malgré la consonance espagnole, le paysage n'est absolument pas de type méditerranéen - et pourtant c'est complètement pelé en haut -, en vallée, les immenses étendues d'herbes grasses attestent la région, c'est la Savoie et les grosses vaches qui abondent dans les prés finissent de planter le décor. Pour ma part je ne connais absolument pas le vallon, pas plus que les sommets alentours. Ah si, au dernier moment le Mont Blanc surgit derrière une crête, il est imposant et lumineux, la blancheur extrême des pentes tranche singulièrement avec les roches qui m'entourent.

Évidemment j'ai oublié l'appareil photo dans le coffre, pourtant il y avait des coins fort beaux,  comme les profondes gorges qu'il faut traverser pas une sentier taillé à même le roc, ou plus haut la perspective splendide des www.bivouak.net/album_photos/photos.php?id=28131&id_sport=16. J'enrage, enfin il me restera le souvenir de ces vues magnifiques. Au sommet je ne sais pas si j'ai eu la berlue mais il m'a semblé voir une voile décoller du sommet enneigé ?!? Sans doute une hallucination due à un désir refoulé...

Quant au décollage on pourra le qualifier de musclé, les thermiques cycliques qui passent me laissent quelques courts moments de repos pendant lesquels il conviendra de décoller. Le vent est plein badin d'Est ce qui m'interdit le décollage du sommet. Je redescends donc sur la petite pente herbeuse en contrebas. Le vent titre bien les 30 par instant avant de revenir à des valeurs plus fréquentables. Malgré la fréquence quasi métronomique des rafales j'ai pas l'impression que ce soient des thermiques, pas le moindre dust, l'air est à peu près constant en direction. Deux corbaks  passent devant moi alors que je suis fin prêt. Horreur, toutes ailes repliées, il n'avancent pas un caramel vers le nord... 

Ma certitude d'un décollage facile tombe brutalement, va falloir composer avec les éléments. Bien que les ingrédients d'un décollage aisé ne soit pas réunis, l'envol se passe remarquablement bien. En l'air, en revanche, c'est loin d'être calme, il est midi certes mais ça monte pas, alors je dégage directement à droite. Je me prends une monstre dégueulante qui me ramène très rapidement vers le plancher des vaches. Le tonnerre de cloches qui tintinnabulent sous mes pieds devient clair et ciselé, il faut dire qu'il y en a des tarines là dessous! Heureusement elles sont parquées, prêtes à la démontagnée, il reste donc de la place.

Atterrissage impeccable,  avec la place qu'il y a, c'est dur de le rater, pourtant avant d'atterrir il a bien fallu prendre une décision quant à la direction du vent de vallée, mais un camion de transport bovin me donne l'indication attendue, il laisse une colonne de poussière qui remonte doucement le vallon, comme quoi les agriculteurs sont vraiment indispensables ici, plus que les bestioles du folklore enfantin comme les loups ou les ours! Y a rien de plus beau qu'un troupeau de vaches, ces animaux placides et foncièrement gentils moi ça me plait! Leurs yeux doux et globuleux, leurs mufles humides, cette respiration puissante et leur démarche chaloupée donnent une allure badine et gracieuse à ces grosses bêtes. Un monde peuplé de vaches serait certainement idéal, sans aucune hypocrisie ni violence. Vla que je déraille... Voila une belle petite sortie dans un univers bucolique, comme une chanson de Bobby Lapointe. 

Il ne saurait être question de sortie dans le Beaufortain sans une visite a la fruitière de Beaufort, ne serait-ce que pour voir la belle fromagère, mais également pour le fromage du coin, un des meilleurs du monde!

Photos de la sortie


  • Horaire : 2h30
  • Dénivelé : 1000 m
  • Temps de vol : 12 m
  • Plafond max : 2600 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
27-08-2017

Reprise après les vacances. Je propose la Pennaz, vu que le...

3 Marc Billat
08-07-2017

Comme à la X Alps

3 Marc Billat
11-11-2015

Allez on continue. Cette fois dans le beaufortain avec toute une trou...

7 Marc Billat
26-10-2009

temps magnifique, rando splendide et variée, conditions de rêve ( ma...

loulou38

Identification

( ) bivouak.net

Social Media