Pic du Mas de la Grave en boucle par le lac
Lerié et retour par les crêtes

Pic du Mas de la Grave en boucle par le lac
Lerié et retour par les crêtes

  • Altitude départ : 1735
  • Altitude sommet : 3020
  • Dénivelé : 1500
  • Distance : 30 km
  • Temps de montée : 12h
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : GR50/54 au départ et à l'arrivée.
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Au Chazelet, se garer au parking du téléski du plateau (cote 1735). Suivre le GR 50 / 54 jusqu'à la cote 2300. Laisser le Col du Souchet à droite pour rejoindre (balisage jaune) le Lac Lérié puis le Lac Noir. Très bel emplacement de bivouac avec vue panoramique sur la Meije... mais pas d'eau "sûre" à proximité... Voir peut-être sous le Col du Souchet...
Descendre en suivant le balisage jaune jusqu'au GR50/54. A/R possible jusqu'au chalet du Fay pour trouver de l'eau.
Au carrefour avec le GR, suivre le Rif Blanc (E/N-E) jusqu'à contourner une "bosse" et trouver une trace pas très marquée à suivre vers le N-O jusqu'au Refuge du Rif Tort (fermé). Suivre alors le Rif Tort jusqu'aux ruines du Rachas.
Très bel emplacement de bivouac pour un coucher de soleil flamboyant sur le Meije, ou les Aiguilles de la Saussaz et les Aiguilles d'Arves. Sources à proximité en remontant N juste sous l'Agnelé.
Suivre N puis N/N-E une trace évidente sur la croupe d'abord herbeuse de l'Agnelé puis dans un univers minéral où les androsaces sont reines. Quelques caïrns bien placés vous éviteront des passages plus pénibles que difficiles. Vous gagnez d'abord l'antécime sud (2979). De là, continuer en suivant une trace facile sur le versant O jusqu'à un petit col sous le sommet. Il reste quelques dizaines de mètres un tout petit peu aériens mais pas trop techniques pour arriver au sommet. Large dalles inclinées pour poser les mains.
Prendre le temps de faire trois fois le tour pour admirer les plans successifs des arêtes jusqu'au Mont Blanc, à la Vanoise, au Mont Viso et au Grand Rochebrune... Agneaux et Arsine (?), Meije, Râteau, Girose, Mont de Lans, Vercors (Grand Veymont, 2 Soeurs), Grandes Rousses.
Sans oublier l'étrange oeil sur la Basse Nord de la Recoude...
Maintenant, les choses sérieuses commencent.
La descente de l'arête jusqu'à la Basse Sud de la Recoude m'a semblé périlleuse. Mieux vaut donc retrouver le petit col et descendre versant Est dans le pierrier en s'arrêtant à la hauteur de la Basse Sud (2782), et la rejoindre pour gravir la Cime de la Recoude (2882). Une fois là haut... marche confortable d'abord Nord puis (2856) Est /Sud-Est pour rejoindre le col de l'Infernet (2656) et ses ravines désespérément noirâtres. Presque comme une lave solidifiée. Continuer sur l'arête, facilement jusqu'au point 2780. A partir de là, insister encore jusqu'à franchir un chaos dans des dolomies (?) claires.
Pour avoir insisté un peu trop sur cette arête tout en éboulis raides, je pense qu'il vaut mieux partir en traversée dès que la pente se redresse après ces roches claires. On évite le sommet Nord, noir à l'ouest, clair à l'est, en rejoignant les bancs rocheux qui nous guident tout droit sur le col entre le Sommet Nord et le Sommet Sud des Pics de la Buffe d'en Haut.
Là, on peut souffler. Un casse croûte au sommet Sud (2878m) s'impose ! Le temps de se rendre compte que des moutons montent jusque là haut, suivre plein Sud la crête maintenant très arrondie, jusqu'à la Petite Buffe (2683).
Immédiatement sous le sommet, repérer quelques caïrns, et un abri au loin près d'un reposoir à bétail. C'est là-bas qu'il faut aller. Contourner le début des ravines par le haut en suivant des drayes qui vont vous amener à une probable ancienne piste totalement recouverte d'herbe, mais encore marquée. La suivre le plus possible jusqu'à une sorte de casse au-dessus du lieu dit "les Orliers". Descendre au mieux dans l'herbe et rejoindre la piste qui vous ramène au parking par les hameaux du Rivet.
Une autre idée consisterait à rejoindre le Col de Martignare, puis le chemin en rive gauche qui passe par le Signal de la Grave et la Côte Rouge. Un peu plus long, mais évite la descente parfois pénible au dessus des Orliers.

Précautions

Attention : Le refuge du Rif Tort est totalement fermé (totalement clos le 21 août 2010). Pas d'eau à cet endroit. Présence de troupeaux, donc ne pas prendre d'eau n'importe où. Préférer les refuges ou les sources. R3 justifié par la recherche d'itinéraire dans des pierriers pentus. Attention à la météo, prévoir des issues de secours... (vallon de l'Infernet ?)


Commentaires difficultés

La traversée des arêtes depuis le Mas de la Grave jusquà la Petite Buffe justifie le R3. Sinon, le reste est du R1/R2.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

En venant de Grenoble, prendre tout de suite après la sortie d'un tunnel direction Le Chazelet


Situation




Sortie du 21-08-2010

En réalité, ça a duré 3 jours et demi !
J'étais parti pour une tentative de traversée depuis le Lac des Quirlies. Sauf que j'ai vite eu l'intuition que la météo du jour n'était pas celle annoncée jusque là.
Pas très envie de me retrouver seul au Lac des Quirlies avec du mauvais temps. D'autant que je ne connaissais pas l'endroit...

J'ai donc posé la voiture au Chazelet et j'ai opté pour un premier bivouac au Lac Lérie ou au Lac Noir.
Bon, le Lac Noir est nettement plus accueillant, mais je suis quand même arrivé là avec de gros nuages.
Petit tour du propriétaire sous l'oeil d'une marmotte grassouillette aux aguets mais pas très farouche. Je me décide pour un emplacement un tout petit peu au dessus du lac et avec vue sur la Meije... en espérant un festival au coucher de soleil. Raté, temps couvert. Et le lendemain pluie tenace. Je ne bouge pas plus que les autres qui sont autour du lac.

Une fois l'averse enfin terminée, je pars. Premier objectif, trouver de l'eau. Direction Refuge du Rif Tord en passant par le lac Cristallin... tellement cristallin qu'on ne voit même pas l'eau. Au bout du chemin... refuge fermé. Pas d'eau. Pas plus qu'à la maison des bergers ou au Chalet juste en dessous.
Direction Refuge du Fay. Sous la pluie que j'ai vue arrivée du fond du Rif Tord. Pluie persistante. Je décide de passer la nuit au refuge. Si demain la météo est toujours aussi capricieuse, le plus sage sera de rentrer sous la couette!

Mais ça a été une nuit de grande lessive. Matinée (très) fraîche mais ciel limpide. Direction le Pic du Mas de la Grave par le sentier balisé qui descend du refuge vers le carrefour du GR et du sentier du Cristallin. Je remonte N/E par une trace à peine visible le long du Rif Blanc (mais portée sur la carte), puis N/O tout droit vers le gros chalet sous le refuge du Rif Tord. Ensuite, longue remontée des méandres tranquille du Rif Tord. Sur ce chemin, marcher est presque une méditation. Pas régulier, ambiance sereine.
Je poursuis jusqu'aux ruine du Rachas et je me pose près du gros caïrn. Il y a de l'eau pas loin. Des sources proches. Il n'y aura pas de problème pour l'eau.

Je monte la tente, allège le sac, et je monte au Pic du Mas de la Grave pour voir comment ça se passe.
Après la belle pente herbeuse et ses edelweiss, on passe sans transition à un univers minéral et austère. Drôles de forme d'érosion dans des schistes rubéfiés éclairés de coussins d'Androsaces sans doute.
Passé l'antécime qui offre déjà un vaste panorama, une traversée tranquille amène à un petit col. Au delà, c'est jeu de piste entre les dalles de schiste. Pas vraiment

aérien, mais il faut parfois "y mettre les mains", et chercher le meilleur passage. Mais rien de vraiment difficile.
Une fois au sommet... panorama à 360°, mais bouché par des nuages, peut-être mieux demain ?
C'est pas le tout, mais je suis là pour essayer de comprendre comment se passe la suite. Le début de la descente de l'arête Nord a l'air un peu délicat mais faisable. Ce

que je vois du côté de la Recoude et de la Roche Courbe semble tout à fait tranquille, de même que le Col de l'Infernet. L'arête qui descend de la Grande Buffe semble

aussi débonnaire qu'elle paraît austère. Mais le sommet Nord des Pics de la Buffe d'en haut est noir et inquiétant. On verra demain.
Je redescends, trouve les sources à quelques minutes de la tente. Popote, et ... passage planant de 5... 10... 21 vautours en recherche de carcasse à décortiquer.
Repas et coucher de soleil en technicolor. Les vallées d'abord se fondent dans l'ombre. Rougoiement de la neige et des hautes parois... Les arêtes se dessinent entre l'ombre et la lumière. Fondu au gris. Sous la lune qui veille.
Nuit calme, relativement douce et matinée juste fraiche.

La lumière sur les pentes de l'Agnelé est belle. Je traîne pour profiter de ces instants un peu hors du temps. Je ne pars pas assez tôt pour être seul au sommet. Tant pis, de toutes façons la vue est réellement magnifique ce matin.
Panorama à 360° Grande Rousse et Meije, bien sûr, ainsi que les Aiguilles d'Arve et le Goléeon. Mais aussi le Grand Veymont et les 2 Soeurs, les Aiguilles de l'Argentière et le Puy Gris. Et puis Le Mont Blanc et les Jorasses, la Grande Casse et les glaciers de la Vanoise, la Cime Caron et Péclet Polset, et derrière le Lautaret, Le Viso et Le Grand Rochebrune. Tout ça sous l'oeil de quelques vautours qui passent lentement dans le ciel.

Reste à voir la suite. Le début de la descente du Pic ne pose pas de problème. Mais très vite ça devient extrêmement chaotique, un peu instable et assez aérien. Un conseil, il faut très vite descendre dans le pierrier côté Valfredène, voire le prendre en retournant au col entre le sommet et l'antécime. Traverser ensuite à la hauteur de la Basse Sud de la Recoude. A partir de là, arête tranquille voire même molle jusqu'à la Recoude et au Col de l'Infernet.

Ambiance noire, inquiétante sous l'oeil d'un cyclope minéral (Basse Nord de la Recoude). J'ai un dôme de roches claires (cote 2780) au dessus de moi, et je ne sais pas ce qu'il y a derrière. Je contourne pour voir.
Ne monter que ce qui est nécessaire. Ca m'amène au début du problème. La crête qui mène au Sommet Nord des Pics de la Buffe d'en Haut. Je vais passer une énergie dingue à tenter d'arriver en haut. Peine perdue, ça sert à rien. Pente très pentue de caillasse très instable. A mon avis, arrivé au niveau des roches blanches (dolomies ?), il faut partir en traversée pour rejoindre les bancs rocheux qui descendent sur le col (2851) après le sommet. Ensuite, eh bien la pause casse croûte s'impose !

J'ai sous les yeux un long ruban grisâtre qu'il me reste à suivre. Ca monte et ça descend tranquillement. Le plus incroyable ce sont les traces de moutons. Ils sont pas un peu couillons, non ? Y a vraiment rien à brouter là haut ! Et j'en vois une grosse dizaine sous le col de Martignare, versant Arve. Arrivé à la Petite Buffe, il me faut songer à la descente. Suivre les 2 ou 3 cairns en contrebas au bout du sommet (ça évite au mieux une pente de caillasse pénible) puis les pentes herbeuses en visant une cabane et un reposoir à proximité d'un col. Arrivé là, on voit des ravines (pente S/E) qu'il est facile d'éviter en suivant des drayes qui mènent à ce qui doit être une ancienne piste. Ca descend presque tranquillement jusqu'à une petite barre qu'elle contourne. Quand ça part trop vers l'Ouest, suivre un petit thalweg bien pentu qui descend droit vers deux maisons.

L'aventure est finie. Suivre la piste jusqu'au parking en traversant les beaux hameaux du Rivet et la Meije majestueuse en face. Il était temps que ça s'arrête. J'ai surtout mal au pied en fait.
Mais ça a été vraiment une belle journée.

Cela dit, mieux vaut éviter certains passages (arête N du Pic, Sommet Nord des Pics de la Buffe d'en Haut), et certainement chercher à rejoindre les chemins qui démarrent au fond du vallon de Martignare. Ca devrait éviter les pentes herbeuses un peu raide des Orliers.

Commentaires

ced
03-09-2010 16:25:08

Oui sympa ton petit récit vivant ; j'ai plein de bons souvenirs aussi dans ce coin là.

Luc
03-09-2010 14:08:45

Merci pour cette petite pause, et avec mon petit café et chocolat, un délice ;-)


6beryeti
03-09-2010 14:01:13

Je vous invite à partager quelques images sur un album Picasa : http://picasaweb.google.fr/jl.pinardon/MasDeLaGraveAretes?feat=directlink



  • Horaire : 12h
  • Dénivelé : 1500 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
14-08-2014

Long certes mais tellement beau et puis cette vue sur une Meije plâtr...

Nicolas CHAPPEL

Identification

( ) bivouak.net

Social Media