Samedi, 3h du matin...

Xavier Valette
28-12-2009 20:14:03

Une série qui change un peu de tes autres photos ! C'est quand même pas moche de la lumière blanche ;) J'ai un faible pour les premiers panoramiques où le Gicon pointe le bout de son nez ... Je ne connaissais pas les intervallomètres. Ca a l'air pratique pour faire des photos d'évolution de ciel !

GLaG
25-12-2009 22:22:59

Valette.X
As tu un lien pour voir en plus grand le panoramique du Dévoluy Ouest ?
C'est déjà la version "grande" que j'ai mise-en-ligne...plus grand, sur écran ça risque de toute manière de sortir, il faudrait un tirage papier..
Citation: Pour tes autoportraits tu as une commandes infrarouge ? La photo est extra :) non, un intervallomètre (pour par exemple prendre 10 photos à 2 secondes d'intervalle chacun, à partir de dans 30 secondes après le déclenchement..). C'est plus pratique que l'infrarouge quand on s'éloigne vraiment (pas là, mais parfois, je me place à 200 ou 300m de l'appareil..) Voici la suite et fin du récit... En dessous de moi, les brumes couvrent la vallée du Drac. Comme souvent, elles s'effilochent progressivement en allant vers le Gapençais : au col Bayard il n'en restera rien, et déjà ici elles sont moins denses et élevées que les brumes qui recouvrent le lac du Sautet et l'intérieur du Dévoluy. Un regard vers l'intérieur du massif, pour me rendre compte que les nuages s'abaissent, un peu. Le Gicon qui était caché jusque là émerge des brumes, devant le Grand Ferrand au loin. Retour prudent et pas très rapide là où j'ai vu le soleil se lever : les difficultés techniques sont déjà finies, il restera la descente dans la brume. Mais j'en profite encore pour faire quelques images sous une lumière devenue bien blanche. Au nord on aperçoit la longue arête qui mène au Faraut et, de l'autre côté du Drac et des brumes, le massif des Ecrins. (ou en grand http://www.tetras.org/Temp/G_09_12_Pierroux_Pano4448.jpg) Sur le massif, les brumes s'éclairent progressivement (ou en grand http://www.tetras.org/Temp/G_09_12_Pierroux_Pano5458.jpg) et le Gicon est désormais bien au dessus des nuages Comme du coton...les nuages se déplacent sous l'effet du vent, des creux et des bosses se forment... Il est temps de rentrer, et pour cela, repasser sous la couche nuageuse. La fin de la descente sera rapide et agréable : après la montée, la contemplation et l'explosion des couleurs au sommet, le calme revient. Je suis plus ou moins la trace de montée, peu visible dans la neige dure et la visibilité réduite à quelques mètres au plus épais de la brume. Pas trop envie de réfléchir et me remémorer un terrain parcouru dans la nuit : un coup d'oeil au GPS de temps en temps pour m'assurer que je ne m'éloigne pas de la trace me permet de me concentrer sur les impressions, le plaisir de la descente agréable - bien plus qu'en été dans la caillasse - et le silence, toujours pas un animal, pas un humain. L'arrivée sur la piste puis à la voiture marque la fin du périple. Maintenant que la tension de la montée, de la photo sont retomnées, le manque de sommeil et la fatigue de la course finale pour être au sommet au lever de soleil commencent à se faire sentir...mais il reste une longue route.


Xavier Valette
20-12-2009 22:45:14

Une série qui décoiffe :) As tu un lien pour voir en plus grand le panoramique du Dévoluy Ouest ? Je trouve que la première photo qui suit celle de l'Obiou tout seul est superbe. On voit le sol pas loin devant qui n'est pas forcément très beau mais la photo est très bien constituée et équilibrée. C'est moins écrasant que les suivantes plus serrées. Pour tes autoportraits tu as une commandes infrarouge ? La photo est extra :)


GLaG
20-12-2009 17:56:43

Maintenant, après le passage pénible (trace de 50cm entre un bloc rocheux et une pente raide qui plonge vers le bas) entre les deux sommets, il reste à rejoindre "le" point de vue situé au bout de cette crête enneigée (en plus grand : http://www.tetras.org/Temp/G_09_12_Pierroux_Pano1012.jpg) Derrière moi, le sommet, à gauche le haut de la longue pente remontée dans les nuages...et au loin, l'Obiou... (en plus grand : http://www.tetras.org/Temp/G_09_12_Pierroux_Pano1620.jpg) On voit bien d'ici tous les sommets et vallons de l'ouest du massif, des Tête et Roc de Garnesier à gauche jusqu'à l'Obiou à droite. La mer de nuages stagne toujours vers 2000,2200m... et les flots traversent le bas de l'arête de Rattier. Derrière l'Obiou, le Vercors : seul le Grand Veymont émerge des nuages. Côté gauche de l'arête, des petites corniches que l'on devine sur la première image. Côté droit, des gradins rocheux largement recouverts de neige, et qui dans mon souvenir étaient déjà pénibles, bien que sans grande difficulté, en été. Enfin, bon, ça passe... Et me voilà sur ce point de vue. Heureusement que, dans mon souvenir, aller plus loin est moins intéressant d'un point de vue photographique : ça semble se compliquer un peu, plus raide et plus de neige. Je retrouve un cadrage proche de celui de la première image...Comme prévu, les falaises du sud de la montagne de Faraut sont mal éclairées et un peu "vieille neige", mais les brumes basses et l'ambiance compense largement...j'ai bien fait de me lever ! Depuis 2001, j'ai découvert le numérique et les possibilités de faire simplement des panoramiques : (en plus grand : http://www.tetras.org/Temp/G_09_12_Pierroux_Pano3235.jpg) (en plus grand : http://www.tetras.org/Temp/G_09_12_Pierroux_Pano4042.jpg) Petit autoportrait grâce au petit trépied que j'ai monté : [/img]


GLaG
20-12-2009 14:53:24

Promis, j'essaie de faire ça pour ce soir...peut-être pas la conclusion, mais au moins la suite !!


anonynmous
20-12-2009 14:47:08

Bon, et alors Guillaume, on attend toujours la conclusion... Le point de vue sur les cretes, la comparaison automne-hiver, tout ça quoi ! Merci pour nous


GLaG
20-12-2009 14:16:53

anonynmous
Question : une impression sur livre est elle identique à une impression sur papier photo ?
Non... Pour faire très schématique, il y a 3 procédés principaux de reproduction de photos : 1- le tirage photo : on impressionne un papier spécial (avant, à partir d'un négatif ou d'une diapo, aujourd'hui via un fichier numérique "projeté" sur le papier), qui est ensuite développé par un procédé chimique. Méthode utilisé pour tous les tirages 10x15 du monde et la plupart des agrandissements "économiques". 2- l'impression "jet d'encre" : on dépose sur un papier adapté des encres colorées contenues dans des cartouches. Le résultat peut-être très médiocre (imprimante maison) mais aussi d'excellente qualité (traceur numérique pro ou excellente imprimante dédiée photo) : la plupart des photos que vous pouvez voir dans les expositions, les "tirages d'art", sont imprimées ainsi. 3- l'impression "quadri" : c'est ce qui est utilisé par les livres (ou les posters, ou les cartes postales, ...) tirés en grandes quantité. En terme de rendu des couleurs, l'optimum est le procédé 2 si une imprimante et des encres de qualité sont utilisées. La gamme de couleurs disponible est la plus large, on peut disposer de plus de couleurs que sur un bon écran d'ordinateur. Le tirage photo, selon le papier utilisé, est aussi intéressant. En revanche l'impression quadri est bien plus limitée : on peut imprimer par ce procédé moins de couleurs différentes -en particulier les couleurs intenses- que ce qui est visible sur un écran d'ordinateur même de qualité moyenne. Le -seul mais fondamental- avantage de l'impression quadri est le prix unitaire qui est très faible pour les grosses quantités...ce qui en fait la seule solution pour faire des livres.


anonynmous
20-12-2009 09:24:48

GLag, pour répondre à ta question (différence entre photos imprimées et web), je n'ai que ma propre expérience : impression sur papier photo (tirage fait à la fnac ou ailleurs) et écran. Tu as raison, d'une façon générale, les photos sont plus flatteuses sur écran; mais on a parfois de bonnes surprises. Une remarque importante, je suis un néophyte en photo ! Question : une impression sur livre est elle identique à une impression sur papier photo ? Continue à nous faire découvrir tes superbes photos de montagne, on ne s'en lasse pas !


Rafaël Rodon
18-12-2009 18:19:29

Glag, je suis d’accord avec Poyo pour ça remarque sur tes photos imprimées. Je n’ai vu d’autres photos sur le Web et sur papier, mais sur les rares que je fait tirer sur papier (par un pro, pas avec mon imprimante pourri) je fait la même remarque, toujours plus sombre que sur mon ordi. Ç’est parfois mieux (rare) mais souvent moins bien. J’ai remarqué aussi une différence entre l’écran de mon apn et celui de mon ordi. Il y a toujours perte des détail (pourtant bien visible sur l’écran de l’apn) dans les zones sous expo.


GLaG
18-12-2009 17:20:12

Pour Belledonne...j'attends toujours d'en voir des photos qui me donnent envie d'y aller...Et puis entre les patous l'été et l'accès pas évident en raquettes l'hiver (1200m ou 1500m dans la poudreuse pour arriver à un point de vue-lever de soleil, pas facile...), ce n'estpas le massif le plus accueillant. Mais si tu as une idée de sommet intéressant et photogénique pourquoi pas... Pour le rendu, poyo, c'est finalement plutôt moi qui devrait demander l'avis des lecteurs : luc m'a déjà fait la remarque, mais je ne vois pas vraiment de différence fondamentale, chez moi, entre mon écran et le résultat papier (il y avait quelques photos trop sombres sur la première édition de"Vercors"). Mes deux hypothèses : - une image vue sur un écran est "plus flatteuse", comme peut l'être une diapo éclairée par derrière par rapport à un tirage papier. - tu utilises un écran non calibré pour la photo qui renforce et sature luminosité et couleur et "booste" les images qui, du coup, paraissent plus ternes en livre. Mais je suis curieux d'avoir d'autres avis (et aussi des avis sur d'autres photos que les miennes que vous auriez pu voir à la fois en papier et sur le web : constates-tu la même différence ?)


poyo
18-12-2009 16:50:52

Encore et toujours de très belles photos GLag!! Sans faire injure à tes livres, je trouve que tes photos sur écran "ressortent" mieux que celles imprimées sur papier... je serais curieux de connaître ton avis là dessus. poyo


Loïc GAUDRY
18-12-2009 13:09:46

Pourquoi en raquette, je peux monter skis aux pieds !!! Et puis Glag, se lève aussi pour photographier les autres saisons :wink:


montagne-a-vaches
17-12-2009 19:48:57

Loïc
Si un jour tu comptes photographier Bellebonne, je suis prêt à me lever à 3h pour t'accompagner dans ces moments magiques.
Loïc ? en raquettes ?? :shock: Olalalaaa... ça ne s'arrange vraiment pas tes problèmes de genoux...


jducerf
17-12-2009 18:19:29

Bravo GlaG, magnifique !!! Quelle super idée de raconter une sortie avec des photos pour chaque étape... Tu as penser faire un bouquin avec une histoire : soit une fiction, soit une vraie expérience; à laquelle tu illustres chaque partie par des photos... Ou sur un support numérique...


Xavier Valette
17-12-2009 16:22:09

Superbe mer de nuage très moutonneuse ! Et vraiment de chouette photos.


Loïc GAUDRY
17-12-2009 13:17:43

Tout simplement SUPERBE, merci de nous faire partager ton expérience. Si un jour tu comptes photographier Bellebonne, je suis prêt à me lever à 3h pour t'accompagner dans ces moments magiques.


GLaG
17-12-2009 09:33:57

Le froid était supportable : glacial et venté durant la montée, mais je bougeais. Puis plus calme au sommet. Il reste le plus délicat à faire : traverser entre l'antécime et le sommet que l'on voit sur la photo de lever de soleil. Pendant ce temps, le soleil est levé et éclaire le Grand Ferrand : Et j'aperçois en contrebas l'arête du Faraut, 150m plus bas à la limite des nuages. Hautes-Alpes au soleil, Isère dans l'ombre... Il fait froid, mais quand même moins que dans la brume plus bas ; le vent qui soufflait bien ce matin semble calmé, avec la chaleur procurée par l'effort il ferait presque bon. Je suis maintenant un peu en contrebas du sommet, il reste encore une centaine de mètres sur une arête fine - corniches d'un côté, roches et neiges de l'autre - pour atteindre le point de vue souhaité.. Mais déjà la vue est sympathique :


Xavier Valette
17-12-2009 08:05:07

Par ces conditions il en fallait de la volonté :) Pas trop froid ? Y'a des GPS qui se décident à planter les jours de grand froid et d'autres jours aussi ... c'est le cas du mien ... :? Chouette arrivée au sommet en tout cas. La suite a dû être jolie aussi :)


montagne-a-vaches
16-12-2009 22:56:23

elle dit aussi "tout seul, tout seul, tout seul..." J'aurai pas eu le courage (déjà pour me lever... :oops: )


Luc
16-12-2009 22:35:09


Citation:Samedi, 3h du matin... ... j'ai des frissons ... dit la chanson... T'as bien fait de poursuivre jusqu'au bout. Joli, joli... :wink:


GLaG
16-12-2009 22:20:28

Samedi, 3h du matin...le réveil sonne, déjà. Un coup d'oeil par la fenêtre : quelques étoiles que l'on devine bien cachées par de gros nuages. Qui ont l'air bien haut, trop haut pour avoir de bonnes chances de passer au dessus facilement dans le Vercors ou en Chartreuse. Alors destination le pic Pierroux, dans le Dévoluy, à plus de 2300m. Découvert en 2001, le point de vue sur les crêtes du nord-est du massif y est très beau, et lors de ma dernière visite à l'occasion d'un bivouac en 2003, je m'étais promis d'y retourner en hiver. Mais c'est un peu délicat à pied ou raquettes : longue pente finale à 30-35° plus une arête finale délicate, je préfère éviter le coeur de l'hiver et les grosses neiges. L'occasion ne s'est pas encore présentée d'y monter peu après une petite chute de neige, pour profiter des avantages photographiques du blanc sans les dangers... Direction, donc, le Dévoluy. Il faut y croire pour faire la route sous les nuages (les quelques étoiles aperçues au lever ont disparu) surtout quand, dès la Mure, c'est le grésil qui est là. Les lacets de la petite route de Saint-Sébastien ne sont pas très engageants avec ce temps... 5h15, départ de la voiture, vers 1400m, dans le brouillard et toujours quelques flocons. Glace et neige mélées sur la piste, puis dès le début du vallon de l'Aup, 5 à 10cm de neige au sol, bien durcie par le froid. Au moins la progression sera facile : les raquettes resteront sur le sac-à-dos... J'ai expérimenté un nouveau concept : la rando-GPS. Par nuit noire, la frontale éclaire à peine à 3 ou 5m dans la brume épaisse, il n'y a aucun repère au sol (pas de sentier qui serait recouvert par la neige, ni balisage), très vite plus un arbre non plus, juste de la neige et quelques cailloux ou touffes d'herbe et le bruit des pas sur la neige. J'ai donc suivi scrupuleusement la cartographie intégrée au GPS...méthode pas très académique, mais bien pratique. 1500, 1600, 1700m..la pente se redresse et la neige est un peu plus épaisse, mais toujours dure. 1800m, 1900m, 2000m, j'attaque la raide pente finale qui s'est bien dégarnie sous le vent. Zones de cailloux assez faciles à remonter, et quelques cairns. Après presque 2h de montée dans ces conditions, je commence à m'inquiéter de voir que je suis toujours dans la purée de pois, le vent et le froid, et à me demander ce que je fais là vers 7h au lieu de dormir au chaud. Mais le moment magique arrive enfin : je commence à voir une petite clarté dans les nuages, puis soudain un fin croissant de lune qui vient de se lever, vite recouvert par les nuages. 2100m, ça y est, je suis au dessus d'une épaisseur de près de 700m de nuages, et à peu près certain d'y rester ! Quelques images de la pente et, au delà de la mer de nuages, des plus hauts sommets. Mais vite un autre problème : l'heure. 7h, le soleil se lève à 8h, près de 300m à monter encore, et la fatigue est là dans cette pente raide. Ce sera donc une montée où je profite des pauses dûes à l'essouflement pour faire quelques photos...avec les nuages au loin qui commencent à se colorer doucement. 8h05, j'arrive au sommet au moment où le soleil se lève...


 

© 2019 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net