Pierre Baldensperger
03-10-2007 22:10:10

Merci pour cette confirmation, qui achèvera de convaincre les bivouakeurs tentés par ce passage qu'il faut s'y armer du matériel ad hoc, d'une extrême prudence, et qu'il vaut mieux éviter si le terrain est humide ou glissant. Je découvre le message où Pascal me soupçonne d'avoir fait disparaître sa photo : je précise (s'il est besoin) que je n'en suis en rien responsable et que Pascal (comme tout autre internaute) est libre d'utiliser toutes mes photos s'il le souhaite et sans se sentir obliger de les rendre à César ou à qui que ce soit d'autre ;-). D'ailleurs je suis très honoré qu'il ait préféré mon cliché à l'une des merveilles de l'ami GLaG (je le soupçonne en fait de ne pas avoir voulu gribouiller par-dessus une trop belle photo ;-)). Ce qui m'ennuie plus, c'est d'avoir été démasqué et que Pascal ait dévoilé ma vraie identité. Moi qui croyais être bien planqué ici dans les montagnes... Surtout n'en parlez pas à George W. B. ;-)

jean-marc jacquet
03-10-2007 14:07:58

Bonjour, c'est effectivement dans le pas de l'âne que Michel Dolo, gendarme expérimenté de Lus la Croix-Haute, a chuté. Le terrain était rendu glissant par le givre ce matin là. Comme cela est très bien décrit, l'absence de sente sur une vingtaine de mètre rend ce passage exposé délicat . Il faut un pied sûr et décidé et dans le cas contraire un brin de corde.


François LANNES
21-09-2007 07:37:14

Mes excuses pour cette erreur de vocabulaire : "sinistre" est donc le bon mot...


pascal sombardier
20-09-2007 10:16:36

Rendons à César... Cette photo que j'avais utilisée est en fait de Balden. Je l'ai déjà mise sur Biv', mais elle a mystérieusement disparu... le 11 septembre...???!!! Balden serait-il un pseudo de Ben Laden ? D'autant plus qu'avec tous ces étages de vires, la Tête de Garnesier commence vraiment à ressembler aux Twin towers. Il va falloir se méfier davantage... D'autre part, je n'avais pas dit "sordide" (loin de moi ces excès de langage), mais "sinistre". Il ne faut quand même pas exagérer...


François LANNES
19-09-2007 22:42:45

Heureusement que tu es là pour récupérer mes ratages de manip-photo. Ce n'était pas le premier !! Bon, donc. Un commentaire sur ces tracés. Ceux de Pascal : Le rouge et le vert sont les magnifiques vires, assez faciles de parcours, bien que quand même vertigineuses par endroit. L'exposition n'est pas à négliger. Le rose est le Pas de l'Ane, lui par contre très exposé, et notement sujet à recevoir les cailloux du dessus qui n'auraient pas tenu le temps que vous fassiez la traversée. "Sordide" est le mot de Pascal. Le tracé complémentaire en bleu, que j'ajoute, est un passage de chamois très serré, très exposé, qui traverse des pentes caillouteuses. Je ne le conseille pas spécialement, compte tenu qu'il y a mieux, à peine plus haut (le rouge).


GLaG
19-09-2007 22:29:12

Raté :-) La voici. Merci !


François LANNES
19-09-2007 22:17:30

[img]../photos/photos.php?id=9694&id_sport=2[img] Si j'ai fait la bonne méthode, cela doit être une photo...[/img]


GLaG
17-09-2007 22:29:50

Tu as bien raison ; sans Pascal et sa corde j'aurais tenté pareil, et je suis content d'avoir confirmation que cela passe : je pourrai éventuellement donc retourner seul dans le coin !


François LANNES
17-09-2007 22:20:33

Oui. Il est des choix qui sont dictés par la sécurité...


GLaG
17-09-2007 22:11:32

Mais si tu n'as pas pris le couloir à la montée, comment as-tu trouvé la vire supérieure ? Tu as fait un crochet par la pente SE pour revenir au dessus de ce couloir ?


François LANNES
17-09-2007 22:05:10

Oui Guillaume. Tu as bien saisi. A la descente, dans la grande pente SE, tirer vers la droite dans les cailloutis. Se rapprocher, sous un couloir, d'un barre de rochers qui font environ 20 m de haut. A un moment, cette barre ne fait plus que 5 m et présente un traversée facile ( le cairn dont je parle est là, en contre-jour). Et cela t'amène sur la vire horizontale, à mi-hauteur entre les 2 grandes vires de la face NW. Tu as du passer là à la montée, en montant un couloir avec un brin de corde. Après tu connais, c'est la rapide descente dans l'axe du Pas de L'Ane, et le virage à droite pour embringuer la vire inférieure. Pour ma montée, je n'ai pas voulu tenter le couloir, sans corde. Je pensais aussi me ménager une solution de secours pour la redescente, au cas où. C'est pour cela que j'ai traversé jusque dans la face SE. Et sincèrement, cela me parait vraiment le plus intéressant comme retour au col de Corps. A la frontale, cela doit avoir de l'allure, dans ce secteur !!!! A déconseiller pour les gens normaux. Autre précision. Pour rejoindre le Pas de l'Ane, quand on descend la face SE, il faut continuer de suivre la barre rocheuse dont je parlais avant. A un moment, cette barre s'inverse. Je veux dire qu'au début, la barre est au-dessus de soi, et qu'ensuite elle passe en dessous de soi. Elle fait trente mètres de haut, et est impossible à franchir. Il faut alors perdre pas mal de dénivellé, passer en dessous du niveau du pas de l'Ane, et là, chercher le SEUL petit sapin qui a poussé DANS la barre. C'est ça le point de repère : le petit sapin. Là se trouve un chemin de chamois qui franchi aisement. Il faut quand même mettre les mains, mais seulement sur deux mètres de haut, et les prises sont larges et suffisemment nombreuses pour le faire sereinement. Après il ne reste plus qu'à remonter 50 m de dénivellé jusqu'au Pas de l'Ane.


GLaG
17-09-2007 21:31:33

De quelle petite barre parles-tu ? Je ne suis pas sûr d'avoir bien compris : tu conseilles bien, pour la descente, de redescendre par la grande pente sud du la Tête jusqu'au niveau de la vire inférieure, à l'endroit d'un petit mur dans un couloir et de récupérer celle-ci pour redescendre ? (si c'est bien cela c'est probablement une bonne idée, mais j'ai peut-être mal compris et il y a mieux, donc je demande :) )


François LANNES
17-09-2007 21:24:32

Concernant le Pas de l'Ane : je suis complétement d'accord avec Pierre quand il détaille les dangers de ce passage. Cela ne parait pas complétement difficile, et c'est en cela que le danger est créé. Surtout, ce que je n'ai pas aimé, c'est que tout ce passage (qui fait peut-être 200-300 m de long ?) est situé sous une partie de falaise dont les couleurs expliquent bien que de partout les cailloux se sont décrochés, récemment. Je suis resté devant le Pas environ 20 minutes, à écouter, mais n'ai rien entendu tomber. En passant quand même, j'ai fait un petit repos à l'abri d'un surplomb... Quant à se récupérer en cas de glissade, sur une grande partie de ces 200 m, je crois bien que ce n'est pas possible... En conclusion, le mot de "sordide" de Pascal correspond tout à fait au lieu. Alors, et pour amener une note plus positive à cette discussion, je redirai ce que Pascal a expliqué un peu avant: si l'on veut aller du col de Corps vers le versant SE de la Tête de Garnesier, et non pas vers le Chamousset, il faut absolument prendre la vire du premier étage. Elle est facile, beaucoup plus en sécurité, infiniment plus belle que toute autre possibilité de ce secteur (et il y en a d'autres, des possibilités...). Même pour revenir du sommet, vers la Jarjatte. Pour cela il faut, à la montée, repérer le cairn quand on franchi la petite barre (5 m) donnant dans le versant SE, pour savoir le reconnaître lors du retour. Après le coup est joué, et tu fais ton retour tranquille, dans ce passage autrement mieux que le Pas de l'Ane.


REGIS CAHN
12-09-2007 22:40:33

Magnifique ! Merci Glag


GLaG
12-09-2007 08:10:34

Merci pour les précisions ! Une image d'hier soir...:


Pierre Baldensperger
12-09-2007 00:34:13

GLaG s'enquiert :
Citation:Le sentier de la Jarjatte au col de Corps est facile à suivre de nuit à la descente ? Oui, il n'y a aucun danger et ce n'est pas trop difficile à suivre. Depuis le col, il suffit de descendre dans les prés et de rejoindre vers la droite l'épaule herbeuse qui descend du Roc de Garnesier vers l'Ouest. Tu vas tomber sur le sentier, bien visible, qui part vers la droite (en fait on croise une trace qui circule à l'horizontale : un tronçon part aussi vers la gauche... pour aboutir nulle part... peut-être pour la ligne EDF ?). Revenons au tronçon de droite : il contourne l'épaule pour aboutir dans le lit d'un torrent. Si je me souviens bien, c'est là que la trace est la moins visible et qu'on risque de la perdre de nuit, surtout que le pierrier a été "bulldozerisé" à cet endroit ce qui crée des fausses pistes. Le sentier est vieux et un peu effacé dans la zone de transition entre la forêt et le pierrier, mais si on trouve son amorce, il est facile à suivre, même de nuit. Ceci dit, une fois arrivé là, on se trouve dans une zone absolument inoffensive, donc au pire la "tactique du sanglier" te ramènera sur la route forestière qui descend à La Jarjatte.


GLaG
11-09-2007 23:23:17

Bon, avec tout cela, si je ne me sens pas obligé de retourner faire une photo de silhouette au début de la vire inférieure, avec la lumière du soleil couchant...le sentier de la Jarjatte au col de Corps est facile à suivre de nuit à la descente ? Je rentre d'une nouvelle fantastique rando d'automne en Dévoluy : coucher de soleil depuis la tête du Lauzon avec une mer de nuages à 2200m environ au couchant, plus haute juste avant...il faut vraiment y croire pour monter ~1300m sous les nuages, puis les redescendre de nuit dans le brouillard...mais quel bonheur là-haut... Photos à suivre...


pascal sombardier
11-09-2007 16:13:53

Il existe aussi cette solution : ../photos/photos.php?id=9620&id_sport=2


Bernard MAZAS
11-09-2007 07:55:59

Tu n'est pas obligé de descendre par le pas l'Agneau : tu passes par Plate Contier et en dessous c'est un sentier. Mais attention, si tu fais ça de nuit, il y a un ou deux endroits où il ne faut pas se planter


GLaG
11-09-2007 07:28:48

Attends, Pascal va peut-être nous rajouter une vache ou deux... Il faudra décidément que j'aille faire ce tour par l'Abéou, col de Corps, vires, et descente par le pas l'Agneau...mon principal souci étant la descente de nuit un peu délicate.


Bernard MAZAS
11-09-2007 07:00:21

Donc, si je comprends bien, le pas de l'Ane n'est pas à vaches ? (pardon, j'ai craqué). Je précise à nouveau pour ceux qui ne sont pas familiers de ces lieux qu'en partant de la vallée de l'Abéou, on l'évite (tout en restant les pieds sur terre), mais c'est vrai que, de Grenoble, ça fait plus loin.


GLaG
10-09-2007 23:46:50

Merci pour les précisions ; c'est vrai que je n'aurais peut-être pas laissé un avis de ce type, subjectif, sur un topo de bivouak.net (et encore moins un topo imprimé)...de même pour mon appréciation sur l'escalier final montant à la Tête : j'estime que François, avec qui j'ai déjà randonné, n'a pas d'inquiétude à avoir, mais ça reste pierreux, raide et exposé... Je modifie en conséquence le commentaire de mon image..


Pierre Baldensperger
10-09-2007 23:38:55

Bonjour à tous, Je tiens à nuancer l'avis de GLaG concernant le Pas de l'Ane. Il s'agit d'un passage certes moins vertigineux que beaucoup d'autres dans le coin, mais à mon sens extrêmement dangereux : il comporte un passage d'une dizaine de mètres où le faux pas est absolument interdit, or ledit passage est aussi particulièrement inconfortable car traversant une zone marneuse croulante (allez, disons le mot : le terrain est complètement pourri) en dévers très raide, où les appuis sont particulièrement instables. Je déconseille à quiconque de s'y engager lorsque le terrain est rendu glissant par l'humidité. Ce qui est vicieux, c'est qu'on ne réalise pas immédiatement le danger car le passage vraiment très dangereux est assez court et il n'y a pas de gros vide à proximité, mais un simple regard en contrebas montre qu'il s'agit d'un piège redoutable : il y a un ravin extrêmement raide qui commence juste en-dessous, et le moindre dérapage incontrôlé entraîne irrémédiablement l'infortuné randonneur dans un long voyage involontaire et probablement irréversible. Il sera très difficile de s'arrêter si on part en glissade (un piolet pourrait à la limite s'avérer salvateur, et encore...), et vu la physionomie du ravin il sera assurément extrêmement difficile de se sortir d'affaire une fois en contrebas du passage !! Vu la nature instable du terrain, je crains que ce passage du Pas de l'Ane ne devienne tôt ou tard infranchissable. Il m'évoque la sinistre zone de l'Auria sous la Tête du Lauzon, où l'ancien sentier-balcon s'est effondré. J'ajouterai que ce passage souffre d'une très mauvaise réputation dans la région : le guide du gîte de La Jarjatte avec qui j'avais discuté en 2005 m'avait dit que certains montagnards de La Jarjatte (pourtant habitués aux passages exposés) l'avaient accusé d'imprudence lorsqu'il leur avait raconté qu'il était passé à cet endroit : apparemment il y avait eu des accidents graves ou des éboulements spectaculaires dans le passé. Enfin, il y a quelques semaines quand j'ai rencontré le berger de l'alpage sous Vachères, lorsque la discussion est arrivée sur le Pas de l'Ane, il m'a dit qu'il y avait eu un accident à l'Automne dernier qui a coûté la vie à un gendarme de Lus qui s'était écarté du groupe à cet endroit. Info à vérifier... on trouve effectivement sur le web la mention du décès suite à une chute en montagne du gendarme Michel Dolo en Novembre 2006, mais l'endroit n'est pas précisé. [edit] Je vois que GLaG a dégaîné ses photos plus vite que moi. Sa photo est bien meilleure que les miennes : on y voit Pascal exactement dans le passage le plus dangereux.


GLaG
10-09-2007 22:29:57

Et voici le pas de l'Ane :


GLaG
10-09-2007 21:45:23

Pour compléter, le passage délicat dont je parle est plus aisé que le couloir du Petit Obiou que nous avions fait l'automne dernier. Et le pas de l'Ane est facile selon moi, bien qu'exposé ; mais Pascal semblait plus réservé. Le vide n'est pas loin, mais c'est de la pure rando sans les mains. Des goûts et des couleurs... Concernant les Chabottes, il ne faut pas en faire une montagne : à la montée on rejoint le pas de l'Ane en deux petites heures, sur sentier quasiment jusqu'au bout et dans un bel alpage. A la descente, ~1h30 du sommet à la voiture malgré la nuit. Je n'ai pas compris ta dernière suggestion pour ne pas faire le pas de l'Ane : à la montée, à la descente ?


François LANNES
10-09-2007 21:31:34

C'est parfait ! Cette photo est très explicite, et donne bien assez d'informations pour aller en haut. Si la tête suit... Merci. Euh..., et à propos de "sordide"...?? Qu'entends-tu par là ?? Des fois, je me méfie un peu de ce genre de qualificatif. Bof. Si cela ne veut pas le faire par le Pas de l'Ane, il n'y a qu'à remonter un peu l'arête, et puis reprendre la première vire à l'envers ! Non ? Sinon, => Chabottes !!!


GLaG
10-09-2007 21:22:07

Je confirme que, si j'étais content que Pascal sorte la corde pour un passage de 5m délicat dans le contournement (non visible sur la photo), l'escalier final est vraiment sans aucune difficulté pour quelqu'un qui n'a pas le vertige et connaît un peu le "style" du massif.


pascal sombardier
10-09-2007 21:17:02

Voilà, François, si tu veux y aller, tu as tout là : ../photos/photos.php?id=9610&id_sport=2


pascal sombardier
10-09-2007 20:53:33

Après le pas de l'Âne (ne pas confondre avec le pas de Lannes...), il y a trois étages de belles vires. La Supérieure nous offre deux magnifiques promontoires herbeux comme celui-ci :


François LANNES
10-09-2007 20:22:05

Même avec ton explication, on a du mal à y croire !! Cet escalier final est franchement inquiétant à voir. Et je comprends l'appréhension de Guillaume qui s'avance. Toutefois, puisque tu le dis, et qu'il n'y a pas de raison de ne pas te "suivre", j'ai fort envie d'aller faire cette vire, et cette arête finale. Cela doit être un magnifique moment de Randonnée du Vertige. Merci de ces photos qui expliquent si bien les lieux.


 

© 2019 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net