Vertiges d'en Haut

Un livre à lire, et à offrir !

Dans la très dynamique collection Montagne-Randonnée des Editions Glénat, le nouveau livre de Pascal Sombardier, « Vertiges d’en haut », est disponible en librairie depuis le 14 Avril.

Dans la droite ligne de ses ouvrages précédents, l’auteur nous présente 24 courses (agrémentées de variantes complémentaires) qui nous emmènent en Chartreuse, Vercors, Dévoluy, Champsaur, et Trièves.

Les itinéraires sont originaux, inédits pour la plupart, et nouveaux pour certains. Ils viennent compléter élégamment les trois opus précédents.

François Lannes et Pascal Sombardier nous gratifient chacun d’une préface que j’ai trouvées pour ma part magnifiques, exprimant par des mots d’une justesse remarquable les sentiments qui, je pense, nous animent tous lors de nos échappées.

Comme à son habitude, l’auteur introduit chacun des topos par un préambule narrant soit l’histoire locale, soit ce qui a motivé la course, soit le récit de la découverte,  soit la description d’un détail pittoresque à visiter à côté de la course elle-même.
Ces digressions viennent agrémenter la lecture au cours de laquelle on ne s’ennuie jamais, et évitent ainsi à l’ouvrage d’être un « topo-guide pur et dur », puisque l’on a envie de sauter de chapitre en chapitre pour en découvrir toujours un peu plus sur sa genèse.

La description des itinéraires est, comme à son habitude également, d’une grande clarté, avec des croquis qui rendront bien service en situation, et l’on a hâte que la neige fonde pour pouvoir marcher dans les traces de l’auteur.
La grande vire du Pierroux est accompagnée d’un texte de François Lannes qui en dit long sur la beauté de la course….et son engagement. Merci François, ça donne très envie !

Certains sont accessibles au plus grand nombre, d’autres sont plus techniques et nécessiteront la connaissance des techniques d’assurage et des manœuvres de cordes, voire une certaine maitrise de l’escalade. On est là alors dans le domaine des randonnées du vertige « haut de gamme » pour citer François Lannes, et il faudra parfois un « gros cœur » pour citer Pascal Sombardier.

J’en viens à ce qui m’a littéralement subjugué : l’iconographie.
Pour les habitués de bivouak, certains clichés étaient déjà connus. Et pourtant, le livre foisonne de clichés inédits, d’une beauté à couper le souffle, extraordinaires, je pense tout particulièrement aux photographies prises dans le Dévoluy.
J’ai montré l’ouvrage à deux personnes qui n’aiment pas particulièrement la montagne, et leur réaction a été unanime : merveilleux.
Découvrez cette étonnante Toupie d’Agathe, ces escaliers Dévoluards, ces circonvolutions calcaires de la page 123, et ces incroyables pointes effilées page 144, etc.… La liste est trop longue, je vous laisse juges.

L’illustration des précédents ouvrages était déjà exemplaire, mais l’auteur atteint là des sommets.

Alors, en conclusion, « Vertiges d’en haut », un ouvrage à lire absolument pour les randonneurs, mais pas uniquement.

C’est aussi un « beau livre », à offrir en tant que tel.

Et, pour terminer, puisque Pascal Sombardier cite Arthur Rimbaud , j’ajouterai, toujours tiré d’ « Une saison en enfer », l’« Alchimie du Verbe » :

« Si j'ai du goût, ce n'est guère
Que pour la terre et les pierres.
Je déjeune toujours d'air »

Et

« Je sais aujourd'hui saluer la beauté ».

Bonne lecture et bonnes traces à tous.

Eric Babbini

Commentaires

Rafaël Rodon
17-10-2011 20:08:58

On est passé dimanche par la bordure de la vire Olympique en descendant du Ferrand. On a trouvé ça plutôt cool nous. Vu qu’on était monté par les tunnels (itinéraire nettement plus technique) ça a peut être faussé notre jugement, mais il n’y a rien de difficile et on a vraiment le choix. Il y a plusieurs sentes plus ou moins au bord. Quoi qu’il en soit le secteur mérite vraiment une visite et les arches Interferrante sont tout simplement Grandiose. Bonne bambée Dévoluarde à tous. quelque photos.

GLaG
12-09-2011 18:29:46

Oui...partie gauche, et sud, c'est ça !


anonynmous
12-09-2011 14:21:15

Guillaume, tu dis "partie droite" de la photo, c'est de la partie gauche dont tu voulais sans doute parler, qui est bien la partie sud. (Pour qu'il n'y ait pas confusion) En gros, pour résumer, il semble que la partie à droite du chourum, côté nord, soit une belle pelouse accueillante en certains endroits, mais que l'extrémité sud de la vire soit plutôt à déconseiller au ras du vide.


GLaG
08-09-2011 23:06:07

J'ai la même impression pour ce qui est de la partie droite de la photo (donc la partie sud de la vire) : en traversée depuis la crête de l'étoile il y a 3 ans, je n'ai pas parcouru la partie herbeuse mais à partir du Chourum j'ai voulu longer le bas de la vire, au bord du vide : vu de loin ça paraissait mieux que de passer au milieu du pierrier, un peu plus haut, mais quand on y est c'est impressionnant et pas très rassurant.


anonynmous
08-09-2011 21:07:53

Ha ben là, oui, je reconnais bien: c'est le stade de France où vous pique-niquez! :lol: Sérieusement, oui, à la gauche de ta photo embrassant la vire, l'éboulis arrive au raz du vide, c'est franchement pas recommandable! On a peut-etre pris trop tôt, en effet, mais les premières dizaines de mètres me semblaient du même acabit, ce que confirme Benjamin. Ou alors orage, chamois, marcheurs au pied un peu lourd...? Avis aux bivouakeurs qui iront dans le coin cet automne, ça mérite éclaircissement.


pascal sombardier
08-09-2011 20:34:49

Bien sûr ! Sur cette autre photo, on voit bien à gauche le rebord herbeux. On devine le cratère du chourum Olympique et Patde Gap et deux de ses amis qui courent pour nous rattraper pour le pique-nique... (ils sont tout petits, il faut vraiment ouvrir l'oeil pour les voir sous le chourum).


Olivier C.
08-09-2011 20:22:42

C'est la vire ?! :D


pascal sombardier
08-09-2011 19:25:50

Je suis vraiment surpris par vos commentaires sur la vire Olympique. J'ai hésité à mettre cet itinéraire dans "Vertiges d'en haut" parce que je trouvais que ça dénotait avec le reste, qui est plus technique. Je me suis dit que ce serait un peu comme une pause dans le déroulé du livre... Et voilà. Alors, soit un orage a endommagé la trace du bord, soit vous avez pris la vire trop tôt, ou je ne sais... Voilà en tout cas une photo de ce que c'était pour nous :


anonynmous
08-09-2011 18:40:49

Benjamin: Concernant la vire Olympique, Benjamin, pas mieux que toi: L'année dernière, après le tunnel de la Cloche, on s'est engagé dès les premiers mètres sur rebord inférieur... et on y a pas fait long feu! C'est effectivement encombré de traîtres caillasses, pas cinq centimètres sains où poser le pied. On est remonté pour enchaîner par la voie normale, sérieusement refroidis! :? (il y avait aussi le vent, plus quelques nuages... 8)) Cette année, après être monté par les Charances, on est redescendu sur la vire pour aller au tunnel des Arches, en écoutant bien le stupide instinct dont parle Pascal page 112! Pascal: -Non, pour Faraut, on est parti côté Dévoluy. La rampe des Ailes sera pour une prochaine fois. -Oui, j'avais déjà vu vos pérégrinations au Petit Obiou. (Zallez vous mettre dans de ces trucs...!) -Le ravin à droite du Couravou, je pense l'avoir observé depuis la Cavale et le Bonnet. De mémoire, il me semble y avoir observé des traces d'agiles quadrupèdes à cornes, ce qui m'avait interpellé. D'après toi c'est "no pasaran", dont acte. En tous cas, merci pour tes réponses et ta disponibilité. Bien sympa de pouvoir commenter et échanger avec l'auteur de nos mini-bibles! [/u]


GLaG
07-09-2011 22:11:11

(Pascal, j'ai juste remis en forme ton message pour distinguer citations et réponses)


anonynmous
07-09-2011 21:51:25


Citation:Ô combien précieux les ouvrages du Sieur Sombardier! Merci beaucoup, mais "Pascal" suffirait.
Citation:Nos 2 derniers étés ont été également pour partie consacrés aux Sombardises : Pas de l'Arche, Traversée Héroïque/ Combe Ratin, Pas de Paul, Ferrand par les Tunnels et Arches, aussi par les Charances, Garnesier par Col de Corps, Bonnet de l'Eveque par les Petites Charances, Canal de Pellafol, Pointe Feuillette par les surplombs, Grotte de Clausis, Mont Aiguille, Jumeaux de Faraut par Chabournasse, j'en oublie... Heureux de partager toutes ces petites perles, dont certaines étaient déjà bien connues et fréquentées. Pour les Jumeaux de Faraut, tu n'as pas pris la rampe des Ailes ? (un must !).
Citation:Ca donne envie d'y passer tout ses loisirs (les locaux ne savent pas leur chance!) Attention, en Dévoluy notamment, qui est resté très rural et sauvage, de nombreux locaux parcourent toujours des passages incroyablement escarpés et isolés. Les chasseurs restent très actifs, audacieux et entreprenants. Rien à voir avec ceux qui payent pour organiser des battues sur des terrains privés jusque dans la Réserve naturelle de Chartreuse (où la chasse est autorisée, contrairement à ce qu'on croit généralement). Je leur dois quelques tuyaux. Et je ne parle pas des ramasseurs de génepy, qui sont souvent dans les gradins de Rattier, où même les chamois n'osent pas aller... Ce qui est incroyable, c'est que 10 ans après "Du mont-Aiguille à l'Obiou", qui avait vocation de défrichage, nous continuons à découvrir des itinéraires ou des passages dans ce massif (et plus d'une centaine d'arches...). Nous poussons parfois le bouchon un peu loin, il est vrai, mais quel plaisir ! http://www.archmillennium.net/Roche_Pertusa.htm
Citation:Ca suscite aussi de nouvelles questions: par exemple, est-ce que quelqu'un est allé voir du côté de la grande vire qui est directement sous le sommet du Ferrand, versant ouest, et qui amène au couloir entre le Grand et le Petit? (Je voulais me la garder, mais bon...) Pascal? Il en a été question sur Bivouak. Je disais que le gardien du gîte de Tréminis avait eu un client qui, ayant fait le parcours dont tu parles, est revenu tout blanc (selon la la légende), car c'est bien pourri. On a fait pire... http://galynette.celeonet.fr/course-706.html
Citation:D'autres possibles "randos du vertige" me viennent à l'idée encore, comme la grande vire perchée versant est des Agards, qui ferait une belle boucle autour du sommet si ça passait... Re-Pascal, ou quelqu'un de la tribu dévoluarde? Il y a en fait 2 étages de vires. Oui, j'y suis allé. Celle du haut ne passe pas ni par l'ouest ni par l'est. À droite du Couravou, il y a un immense ravin dans un repli - qu'on ne devine pas d'en bas - qui interrompt la vire. De la combe du Loup, grâce à un chasseur, nous avons pu trouver le passage qui permet de franchir la barre de la Fuvelle (4b. Les chasseurs passent là sans s'assurer, et à la descente avec le chamois mort sur le dos...). Mais la vire inférieure, à gauche, est trop déversante. En revanche, il y a à partir de là un des plus beaux escaliers dévoluards, qui permet de rejoindre l'Obiou. C'est un des quelque 20 itinéraires que l'on peut faire sur ce sommet, montagne ludique par excellence...


ced
07-09-2011 21:42:46

jczz
En attendant d'y retourner, on va se consoler avec Fontainebelau. Pas le même trip... :roll:
C'est clair !


Ô combien précieux les ouvrages du Sieur Sombardier! Nos 2 derniers étés ont été également pour partie consacrés aux Sombardises: Pas de l'Arche, Traversée Héroïque/ Combe Ratin, Pas de Paul, Ferrand par les Tunnels et Arches, aussi par les Charances, Garnesier par Col de Corps, Bonnet de l'Eveque par les Petites Charances, Canal de Pellafol, Pointe Feuillette par les surplombs, Grotte de Clausis, Mont Aiguille, Jumeaux de Faraut par Chabournasse, j'en oublie... Ajoutons de beaux morceaux trouvés sur Bivouak, Crête des Aiguilles par le col éponyme et descente par le col des "Glandus", traversée Lauzon/ Plate Longue/ Rocher Rond... Tout cela complétant des années de passion et de balades dans la région. Tant d'interrogations trouvent aujourd'hui leurs réponses, et comme ça a été dit, les vacances n'ont malheureusement pas assez de jours! Je vais mettre ce que j'ai sur le site, y compris des trucs de l'année dernière. Ca donne envie d'y passer tout ses loisirs (les locaux ne savent pas leur chance!) Ca suscite aussi de nouvelles questions: par exemple, est-ce que quelqu'un est allé voir du côté de la grande vire qui est directement sous le sommet du Ferrand, versant ouest, et qui amène au couloir entre le Grand et le Petit? (Je voulais me la garder, mais bon...) Pascal? D'autres possibles "randos du vertige" me viennent à l'idée encore, comme la grande vire perchée versant est des Agards, qui ferait une belle boucle autour du sommet si ça passait... Re-Pascal, ou quelqu'un de la tribu dévoluarde?? :) En attendant d'y retourner, on va se consoler avec Fontainebelau. Pas le même trip... :roll: Salut à tous.


anonynmous
26-08-2011 13:43:43

Voici quelques photos de cette vire Olympique, en espérant que ça marche (c'est la première fois que j'essaie) : vue de haut, de la voie normale du Grand Ferrand, et vue du bas, du vallon du Grand Villard, Sur cette dernière photo, on parcourt la vire de gauche à droite (on voit le trou du chourum Olympique) et on s'en échappe par le goulet de pierrailles à droite (superbe ramasse !). Merci pour ton topo très complet sur la tête de Vachères. Mon idée initiale était de suivre l'itinéraire de la crête des Aiguilles proposé dans le livre de Pascal "Du Mont Aiguille à l'Obiou" ; mais quand on arrive au point 2397, on se peut que se laisser tenter par la tête de Vachères ! J'y suis allé "pour voir" et c'est passé :-) J'ai également fait le crochet facile par le sommet 2377, légèrement avancé par rapport à la ligne de crête, qui offre une vue plongeante saisissante sur les immenses parois verticales du cirque !


SebL
26-08-2011 09:08:45

Salut, Si tu continues comme cela, avec les livres de Pascal, ce ne sont pas les idées de rando qui vont manquer mais plutôt les jours de vacances ! En effet, l'accès à la tête de Vachères par la crête n'est pas si compliqué en évitant la barre sommitale du point 2397. J'avais d'ailleurs fait un croquis ici : http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=2313&id_sport=2 Je trouve que ce sommet est intéressant à faire en boucle en montant par le Couloir Sud de Vachères (R4). Seb


babas38
25-08-2011 21:37:15

N'hésites pas à partager l'ambiance en postant quelques photos ...


anonynmous
25-08-2011 19:27:37

Merci de ta réponse ! Concernant les vires, ou tout passage "exposé" en général, le ressenti dépend certainement du mental du moment, et la frontière entre l'excitation, l'appréhension voire la panique est parfois ténue. Cependant, je maintiens que la bande herbeuse de la vire Olympique au bord du vide n'est pas complètement continue ; et traverser sur un pierrier au bord du vide, c'est ce que j'ai trouvé personnellement le plus dangereux dans ces itinéraires. La vire du Pierroux est d'une ambiance effectivement plus impressionnante, mais on peut toujours poser le pied à plat, dans la trace de chamois, dans les passages les plus exposés (cependant tu as raison, il ne faut pas avoir froid aux yeux... j'étais quand même content d'en sortir !). Concernant l'alpinisme, j'ai sans doute exagéré, je voulais juste dire que l'alpinisme ce n'est pas uniquement le parcours de courses techniquement dures mais bien sécurisées qui me paraît le plus à la mode aujourd'hui, mais aussi le terrain d'aventure mal ou pas tracé/protégé/équipé. J'aime bien ton approche "terrain d'aventure" même à l'échelle de la randonnée. En tout cas ton "modeste" ouvrage contient quelques perles :lol: J'avais déjà adoré l'Obiou par la combinaison Baronne-Cavale-Malpasset, je me suis encore bien régalé dans les divers itinéraires !


anonynmous
25-08-2011 17:51:28

Bonjour et d'abord merci de ton intérêt pour ce modeste ouvrage. Je pense toutefois que tu parles de la crête de l'Étoile par erreur. Pour la vire Olympique, on part de la crête de la Cloche. Celle de l'Étoile est au Petit Ferrand. Ce n'est pas bien grave. Ce qui me surprend plus, c'est que tu aies trouvé cette vire délicate... J'y ai emmené quelquefois des randonneurs classiques qui n'ont pas eu cette sensation. Aérienne, certes, il faut faire attention, mais ça reste de la marche. La vire du Pierroux est autrement plus impressionnante, non ? Quant à l'alpinisme, il ne faut pas oublier qu'il a commencé à l'époque de Coolidge (et même avant avec les chasseurs de chamois) dans ce genre de terrain expo, instable, improtégeable, et c'est autre chose qu'une simple vire. Il m'est arrivé d'emprunter certaines voies normales de l'Oisans, comme par exemple aux Arias. C'est vrai que cela demande des nerfs solides et un pied sûr, mais enfin, ce genre d'itinéraire est l'essence même de la montagne. Et aujourd'hui, l'alpinisme de haut niveau retrouve ces valeurs en limitant au minimum l'assurage même dans des voies extrêmes (voir vidéo de Kora Pesce par exemple: http://www.youtube.com/watch?v=dLs3gYBl2Vg Certaines personnalités du petit monde de l'alpinisme sont critiques. Mais le mot "montagne" peut-il rimer avec "raisonnable" ?


Benjamin Dollet
24-08-2011 19:09:07

Bonjour à tous, Ce bouquin est génial par ses itinéraires originaux et audacieux ! Il m'a servi de base pour six jours de vacances passés dans le Dévoluy avec un copain. J'ai fait quatre des itinéraires proposés : tête des Pras Arnaud par le pas de Paul, grande vire du Pierroux, Grand Ferrand descente par la vire Olympique, et grès du Queyrel (en Champsaur). Plus la tête de Vachères par la crête des Aiguilles et le Château des Chèvres. Des itinéraires tous plus beaux les uns que les autres. Cela donne envie de les faire partager en topos, mais comme déjà évoqué, c'est embêtant de paraphraser en moins bien ce qui a été bien expliqué dans le bouquin... sans parler du problème des droits d'auteurs ? Quelques précisions sur les itinéraires : contrairement à ce qui est écrit dans "Du Mont Aiguille à l'Obiou", il est tout à fait possible, en faisant la crête des Aiguilles de la Jarjatte, de poursuivre sans corde jusqu'à la tête de Vachères par la crête. C'est certes plus corsé à partir du sommet 2397, à un moment on se retrouve face à un petit mur et un couloir peu recommandable ; mais en fait le petit mur se désescalade facilement, et par la suite on arrive à la tête de Vachères en mettant à peine les mains. Ensuite, mon point de vue sur les vires (Pierroux, vire Olympique) : elles sont vraiment impressionnantes, et par endroits très exposées. En particulier, sur la vire Olympique, la bande herbeuse n'est pas complètement continue ; en descendant directement du col entre le Grand Ferrand et la crête de l'Etoile, on se retrouve un instant au bord du vide sur le bord du pierrier pas bien consolidé, j'ai trouvé ça mortellement dangereux et j'ai failli renoncer ; j'ai fini par passer un peu plus haut. Je dirais donc, concernant cette très belle vire : restez au bord tant que vous pouvez (et c'est vrai que c'est souvent "confortable"), mais si vous trouvez ça trop scabreux, n'hésitez quand même pas à remonter un peu quitte à redescendre plus loin. Il faut vraiment ne pas avoir pas froid aux yeux : bien des alpinistes n'oseraient pas passer par de tels itinéraires de "randonnée" aussi exposés et improtégeables :)


Philippe Mahieu
22-05-2010 21:45:28

Tiens l'article a "disparu"!!! :wink: Je ne doute pas de la qualité du bouquin (je vais sans doute l'acheter comme beaucoup d'autres de la collection), mais je trouvais que ça commençait à être trop voyant.... :oops: c'est sans doute le manque d'"activités montagnardes" qui me tape sur le système aussi... :cry: (une entorse...)

Luc
21-05-2010 23:15:19

Bein pourquoi pas si le livre est bon, non? Les critiques fusent quand c'est négatif, pour une fois qu'il y a de la qualité, faut le dire. Quoiqu'il en soit je rejoints Eric sur le regard qu'il a porté sur ce bouquin de Pascal. Mais pourquoi dis-tu cela Philippe?


Philippe Mahieu
21-05-2010 07:57:22

En tout cas, cet article c'est une bonne pub pour Glénat.... :cry:


ced
26-04-2010 13:44:45

Arf quel suspense... Il n'est pas encore trouvable à La Défense apparemment !

ced
26-04-2010 11:11:32

Ah ça y est il est sorti ? Je tâcherai d'aller faire mon curieux ce midi alors. Autrement je rentre d'une semaine de vacances dans le sud ouest et j'y ai aussi vu des curiosités géologiques intéressantes : notamment des arches ou ponts naturels dont l'un fait plus de 200 m de longueur, et avec un joli porche aussi, tant pour entrer que pour sortir !


GLaG
26-04-2010 09:51:32

Un peu de flemme d'une part, ça fait un sacré moment que je n'ai plus rentré de topo pour cette raison...préférent mettre des images. Et d'autre part un peu de scrupule aussi quand la sortie serait une recopie du livre de Pascal, ou alors se limiterait à dire "suivez le sentier indiqué sur la carte IGN"...à rentrer des itinéraires je pense que ceserait plus intéressant que je rentre mes dernières sorties dans le Queyras, un massif pas trop présent sur bivouak. Sinon pour la photo du message précédent : "celle-là", c'est la chaussure ? Ou bien une grotte, une arche ou autre curiosité géologique de genre féminin cachée dans l'image ?


Philippe Mahieu
26-04-2010 08:45:13

Intéressant! :D Pourquoi ne pas rentrer le topo et la sortie sur bivouak alors??? :wink: :roll:


pascal sombardier
22-04-2010 15:27:11

et celle-là, tu l'as vue ':?:' (c'est la Cournouse au fond)


GLaG
22-04-2010 13:01:47

Non, c'était une petite randonnée de fin d'après-midi, on s'est contentés de la grotte...


pascal sombardier
22-04-2010 11:23:18


Citation:Suivez le conseil du livre, prenez une bonne lumière Comme je le précise dans mon livre, c'est un conseil judicieux d'Antoine Salvi, qui vaut aussi pour les Merveilleuses et la grotte Bouleyre (inaccessible en ce moment, le"lac" est plein). Et toi, GLaG, tu es resté à la grotte, ou tu as continué dans le pas, et même plus loin vers la Charmate ? Le pas de Pabro, ça passe même avec la neige. La preuve :


Luc
22-04-2010 01:12:59

Eric a écrit un bien joli article au sujet de l'arrivée de Vertiges d'en haut que je partage de a à z. Pascal vous dira "bon c'est presque trop ce qu'il dit...et puis y'a qu'une vingtaine de topos..." Baaa, laissons Pascal faire le modeste! J'ai donc moi aussi été conquis et séduit par ce nouvel ouvrage qui allie avec class textes d'intro et descriptions d'itinéraires le tout imagé par de nombreuses photos. Il vient bien "compléter" les trois précédents ouvrages parus entre 2005 et 2009 et non faire une redite. A deux pas de la maison donc, pour les grenoblois, voilà de sacrées bien belles courses à réaliser... Y'a plus qu'à! Et puis, pour els habitués de Bivouak, vous retrouverez la prose de François en quelques endroits. Lui qui n'était pas bien chaud il y a quelques années à faire lire ses textes, que de chemins parcourus depuis! Merci à toi d'avoir fait le pas :wink:


GLaG
21-04-2010 22:02:46

En cette saison, et par ce temps blanchâtre, la grotte de Pabro, face à Presles, était un bon objectif parmi toutes les randonnées décrites dans ce nouveau livre de Pascal. L'accès n'est pas particulièrement technique, ni très long, mais c'est raide sur la fin où les troncs lisses des arbres qui entourent la sente sont des prises agréables pour les mains... Je n'avais jamais vu de grotte (non aménagée) accessible sans matériel ni difficulté qui soit aussi jolie...Suivez le conseil du livre, prenez une bonne lumière, surtout pour faire des photos...une tikka et un flash ce n'est pas suffisant :?


© 2017 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net