Recherche d'une victime d'avalanche

 

L'avalanche s'est arrêtée. La montagne redevient silencieuse.
Des compagnons de course ont disparu… Mettez votre ARVA en position de recherche.
Les camarades autour de vous doivent faire de même bien évidemment.
Attention, vous n'êtes alors plus protégé si une seconde avalanche se déclenchait.
ouvrez l'oeil!

Quelques chiffres...
Pour une avalanche de 1 hectare, il faut compter :

MOINS DE 10 MINUTES POUR UN CHERCHEUR EQUIPE D'ARVA
UNE VINGTAINE DE MINUTES POUR UN CHIEN
4 HEURES POUR UNE QUINZAINE D'HOMMES NON EQUIPES...

Si vous n'avez pas d'Arva, et ben bravo… Allez donc voir du côté des statistiques.
Ce n'est pas la peine de crier, ni de parcourir de long en large la coulée si aucune trace n'est visible... Allez chercher du secours sans omettre de baliser le lieu d'accident.

 
Deux techniques de recherche :

Méthode 'de la croix'

Potentiomètre sur maxi, on avance lentement. Dés réception d'un signal on continue jusqu'à ce que celui-ci croit puis diminue.

On revient alors en arrière là où le signal était le plus fort. Et l'on part à angle droit par rapport à ce point.

< source schéma 'ORTOVOX'

Si le signal diminue, c'est que l'on est parti du mauvais côté.
Prendre à l'opposée, et par le même principe partir à angle droit à partir du signal le plus fort.
Dans le même temps que cette recherche,
on baissera au fur et à mesure le potentiomètre.
 

Méthode 'directionnelle'

Le principe est de suivre les lignes de champ électro-magnétique émis par l'appareil enseveli afin d'arriver jusqu'à lui.

Dés réception du premier signal, faire un '360°' de manière à trouver la direction où l'intensité est la maximum.

< source 'ORTOVOX'

Suivre cette direction qui est une des lignes de champ qui mène à la victime. Au fur et à mesure, baisser le volume sonore de l'appareil et faire le point sur la direction tous les 4/5 mètres.
Dans la plupart du temps, la trajectoire semblera assez bizarre puisque pas 'directionnelle'...
 

Le principe de recherche est d'être attentif au bip-bip plus ou moins élevé de votre Arva. Plus ce signal est fort, et plus on se rapproche de l'émetteur.
Il s'agit tout en progressant de "jouer" avec le potentiomètre "volume/distance" afin d'affiner le repérage et cerner grosso modo une surface de quelques dizaine de centimètres carrés.
Cette zone, en effet, est plus ou moins précise car quelques paramètres sont à prendre en compte tels : la profondeur où est la victime, sa position, l'inclinaison de la pente par exemples.
Une fois délimitée cette zone, munissez-vous de la sonde.
Si aucun contact ne se fait avec la victime malgré les bip-bip insistants, c'est que la sonde peut éventuellement être trop courte. Il vous faudra encore creuser et re-sonder.
La victime repérée, il n'y a plus qu'à prendre votre pelle et creuser jusqu'à elle.
 
Liens
Sur telejournal.ch : Présentation d'un centre de recherche de victime en avalanche.
 

Commentaires

© 2017 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net