MUKTINATH

Informations perso

Nom sur le site MUKTINATH
Membre depuis 22 May 2004

Position géographique

Dernières photos

La ferme-auberge
Plus d'infos...

La ferme-auberge

Bucolique
Plus d'infos...

Bucolique

Encore un effort
Plus d'infos...

Encore un effort

Mont�e au Chapotet
Plus d'infos...

Monte au Chapotet

Cabane de L'aup Bernard
Plus d'infos...

Cabane de L'aup Bernard

Cabane de l'Aup Bernard
Plus d'infos...

Cabane de l'Aup Bernard

En direction du Vercors
Plus d'infos...

En direction du Vercors

Vall�e du Haut Br�da
Plus d'infos...

Valle du Haut Brda

Anciennes pistes du Collet
Plus d'infos...

Anciennes pistes du Collet

Rainkopf
Plus d'infos...

Rainkopf

Au dessus du lac des Truites
Plus d'infos...

Au dessus du lac des Truites

Dans la for�t
Plus d'infos...

Dans la fort

Todo liste

Mes courses à faire

Course Massif Cot. Orient.

Mes refuges à faire

Refuge Massif Altitude

Mes traces non associées

Mes amis

Progression

Dernières activités

  • La large crête nord-est.

  • Reprise un peu difficile après la pause dégustative locale....

  • Un sommet secondaire mais qui ne manque pas d’intérêt par sa situation excentrée par rapport aux classiques des crêtes vosgiennes. Une météo magnifique, une "collation" à la ferme auberge et le ballet des aéronefs miniatures sont les ingrédients supplémentaires de cette belle journée.
    .

  • On y est presque .

  • L'accès à Prodin est un peu scabreux mais reste accessible en voiture.
    Au début de la forêt de nombreuses pistes d’exploitation modifient un peu le paysage; elles ne figurent pas sur la carte; elles n'existaient du reste pas lorsque j'étais monté il y a une douzaine d'années
    Ce dimanche de Pâques le soleil n'est pas au rendez-vous au sommet, à peine 5 secondes pour entrevoir la pointe de Rognier, et encore c'était le privilège du premier arrivé.
    Deux lagopèdes nous narguent de leur cris bien particulier, nous faisant surement comprendre qu'on les dérange un peu.
    Bien contents tout de même de cette balade pour clore cette escapade pascale..

  • La cabane protégée par son spectaculaire paravalanche .

  • Bien reconstruite, et bien entretenue.

  • Encore un peu de neige versant nord.

  • Après une journée de ski-plaisir à Val Tho avec une météo de rêve, c'est la grisaille sur Belledonne. Mais cette balade de printemps est quand même bien agréable; pratiquement plus de neige, des crocus et des pensées des Alpes et quelques chevreuils. Casse croûte à la cabanne de l'Aup Bernard blottie derrière son spectaculaire paravalanche.
    Par contre, le chalet de Praillet est complètement effondré..

  • Ces deux petits sommets, aux noms imaginaires, sont situés à une demi journée de marche à l'est de Terjit dans l'Adrar Mauritanien:

    https://www.google.fr/maps/place/Terjit/@20.2875385,-12.9962541,103660m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x0:0xdfb3e90ccf1151c3!8m2!3d20.2523735!4d-13.0878925.

  • Ni skis ni raquettes pour cette traditionnelle sortie de fin d'année, réalisée le 30 décembre. La neige est dure et porte bien, le soleil est au rendez-vous avec une luminosité d'allure automnale qui nous procure une vue détaillée sur les sommets environnants..

  • Sortie du 19/02/2017 pour promener les raquettes... sur le sac. Neige dure quand elle est présente. Qu'importe, le soleil est au rendez-vous pour ce petit tour au sommet du Hohnek, nous poussons jusqu'à la sortie des Spitzkopf; retour par le col de Thiaville..

  • Vu du Kastel.

  • Première sortie cet hiver... probablement la dernière chute de neige dans les Vosges où l'enneigement est vraiment déficitaire. Les 5 ou 10 cm posés la veille donnent un aspect hivernal le matin et même un peu de poudreuse sur quelques passages où je peux faire ma trace.
    Le retour par la route du lac de Blanchemer devient impraticable sur le dernier kilomètre.
    Quand même satisfait de cette journée de soleil
    .

  • Bien faible enneigement pour un mois de février
    Au loin le lac de Longemer.

  • Le Mont Aiguille tout là bas.

  • Du col de la Croix à la Belle Etoile....

  • Un petit air de sibérie.

  • Plus de neige qu'en janvier !.

  • Sortie raquettes au départ des Hautes Huttes L'enneigement est conséquent, 50 cm à 1 mètre sur les versants nord où les sapins sont encore bien blancs. Sur la crête le vent violent donne un aspect polaire et nous procure quelques brèves éclaircies. Peu de monde mais quelques raquettistes ont bien fait de braver la grisaille pour une bonne bouffée d'oxygène.

  • La poudre n'aura duré qu'une petite semaine. Cette fois c'est ambiance ski de printemps, mais avec un regel insuffisant en profondeur. Le temps est magnifique, pas un nuage, très peu de vent, du sommet du Kastelberg je descends en direction du Kodfple sur 300 m où je trouve une neige transformée toit à fait correcte. Au total 900 m de D+ c'est pas mal et en plus une belle luminosité qui me laisse apercevoir le Mont Blanc..

  • Première sortie dans une neige tant attendue, et quelle neige de rêve !
    Ce n'est pas au Kastel que nous allons mais au sommet voisin, le Rainkopf. Les bourrasques de neige sur les chaumes nous ferons préférer, au ravin de la Thur, une descente prudente par la route des américains.
    Belle ambiance pour cette première sortie de l'année..

  • D

    Infos du 05 août 2015 sur le site :
    http://www.chamoniarde.com/?page_id=343

    "Dômes de Miage :
    La traversée est fortement déconseillée en raison d’une zone d’éboulements entre le col et l’aiguille de la Bérangère. Le dôme central se fait en AR depuis le col des Dômes.
    Aiguille de la Bérangère : se fait en AR depuis le refuge des Conscrits.
    Mont Tondu : déconseillé depuis le refuge des Conscrits (très sec) mais se fait encore depuis le refuge Robert Blanc "[/b][/u].

  • Sortie réalisée le 11, 12 et 13 juillet:

    Premier jour: montée au refuge de Tré-la Tête où il est bien agréable de prendre le repas du soir en terrasse au coucher du soleil.

    Deuxième jour: notre guide Cyrile nous rejoint le matin, sympathiques retrouvailles pour cette course que nous n'avions pas pu réaliser l'année dernière en raison des conditions météos. Nous montons en direction des Conscrits par le glacier; le passage du "mauvais pas" est facilité par le travail du torrent qui nous a ménagé un passage à pied sec, nous évitant le pont de singe. C'est moins large que le Zanskar mais il y a du débit aussi...

    Troisième jour: montée au dômes; arrivé sur le glacier le vent se lève, la bande nuageuse annoncée est bien là, cachant le Mont-Blanc. Au col des dômes les rafales sont violentes, des cordées renoncent; nous grimpons au premier dôme 3633 m, la magnifique arête est là devant nous. Nous partageons la prudence et la sagesse de notre guide, nous nous arrêterons là, heureux d'avoir réalisé cette course mythique.

    La descente est bien longue, cette fois-ci par la passerelle avec de multiples montées descentes, 2700 mètres de dénivelé. Au Cugnon les pieds fument, les jambes flageolent un peu. Oh! pas trop finalement ! Vite une bière !
    Demain c'est le quatorze juillet et j'aurai un an de plus..

  • Sortie du 5-6 juillet 2015, pour essayer d'échapper à la canicule...
    La montée au refuge est étouffante; un quinzaine de randonneurs y passe la nuit: ambiance familiale. L'accueil est sympathique et la table sans reproche.
    Je serai le seul au Rocher Blanc le lendemain. Je trouve quand même de la neige de névé bien transformée qui me permet de sortir les crampons pour le dernier ressaut sous le col de l'amiante, mais deux silhouettes m'on précédé en passant par la rocaille croulante sur la gauche du névé. De jeunes jambes que je retrouve à la descente et qui voudraient enchaîner le col d'Arguille sans crampons ni piolet ni casque... je leur déconseille.
    Côte Combe Madame les 450 premiers mètres sont encore en neige presque continue ce 6 juillet; dessert et boisson fraîche au sympathique refuge de la Combe Madame, avant de replonger dans la fournaise.
    Je suis ruisselant et mes pieds fument lorsque j'arrive au Fond de France mais bien content de cette première sortie de l'été..

  • Sortie du 8-9 juillet 2015: un peu moins caniculaire qu'il y a 2 jours au Rocher Blanc.
    Nous ne sommes que 3 personnes au refuge de l'Oule où nous apprécions les traditionnels diots - crozets chers à notre région.
    Je n'étais pas parti pour le Puy Gris mais pour le col Morétan; mais le tas de cailloux qui y mène en cette saison ne me semble pas présenter beaucoup d’intérêt. Je continue en direction du col de Comberousse en compagnie de mes sympathiques compagnons de rencontre, qui me proposent de les accompagner au sommet. J'apprécie leur bout de corde dans le passage du gendarme dont j'avais gardé un mauvais souvenir sur du rocher glacés il y a une trentaine d'années. Merci à eux de m'avoir permis de refaire cette course.
    C'est vraiment un beau sommet à la limite entre la randonnée et l'alpinisme facile. N'oublions pas qu'il est coté F dans les topos d'alpinisme..

  • Sortie du 22 février, au retour d'un voyage au soleil...
    Enneigement très correct avec un petite couche de fraiche datant de la nuit dernière. Pour une fois, pas de vent sur les crêtes? Le soleil sera pour une autre fois mais comme j'ai fait le plein les 15 jours précédents ce n'est pas bien grave..

  • http://www.cas-neuchatel.ch/cabanes/cabane-de-saleinaz-2691m/


    HIVER 2017 : DU SAMEDI 25 MARS AU LUNDI 17 AVRIL 2017.
    ETE 2017     : DU SAMEDI 17 JUIN AU DIMANCHE 17 SEPTEMBRE 2017


    Pendant les périodes non gardiennées, vous trouverez un local pour cuisiner équipé et deux dortoirs ( 26 places) merci de régler votre dû  directement à la cabane ou par BV. Ceci est un gage pour assurer l'ouverture d'un local en l'absence d'un gardien. Merci de votre fair-play.


     

    .

  • C'est de nouveau une sortie de mise en jambes, réalisée le 6 juillet. Je suis surpris de constater que la végétation masque le chemin à certains endroits, ce qui traduit le peu de fréquentation de cet itinéraire qui est pourtant bien sympa par ses côtés aériens, sans être vraiment dangereux si l'on est prudent.
    Il faut bien rester sur le fil de l'arête et mettre les mains sur les rochers plutôt que de vouloir contourner les courts passages escarpés.
    Soleil au rendez-vous... pour l'instant.

  • Itinéraire réalisé du 7 au 13 juillet, c'est à dire la semaine la plus arrosée de ce mois. Les seules étapes où il n'y a pas plu étaient celles où il neigeait... Un peu de soleil tout de même en quittant le refuge Monte Bianco nous a permis quelques photos d'allure estivale.
    Même si nous n'avons pas pu faire la traversée des 3 cols suisses et surtout loupé les dômes de Miage cet itinéraire est une manière originale de faire une partie du tour du Mont Blanc avec des étapes de randonnées et des étapes d'alpinisme facile..

  • Non, non, nous n'avons pas monté 1300 m! Nous avons d'abord pris les remontées mécaniques jusqu'au col de la Forclaz, puis la voie normale (PD). Quel panorama extraordinaire!! Neige poudreuse et tempête de soleil. Le bonheur!
    Merci à Didier notre guide Allibert pour ce séjour trop bref mais plein de grands moments..

  • Le beau temps est revenu. Neige poudreuse de rêve, soleil radieux; quelques pierramentistes nous dépassent d'une foulée athlétique qui n'est pas la notre. Tant pis. Non! tant mieux. Une journée pareille mérite d'être savourée à la montée comme à la descente. Il y a des moments qu'il faut savoir apprécier à leur juste valeur et bien réaliser la chance que nous avons d'être dans paysage aussi grandiose..

  • Brouillard et neige. Belle ambiance hivernale.
    Cette course nous apprendra que la prudence s'impose même sur des terrains faciles en apparence....

  • Un hiver sans Grand Rocher c'est un été sans soleil! N'y étant pas cette année pour Nouvel An je me ratrappe en février.
    Tout seul dans le brouillard! Je croise un seul skieur bien affairé à négocier son virage dans une neige un peu lourde. Au dessus de 1700 m elle sera plus légère et je l'apprécierai à la descente.
    Une mise en jambe qui me donne bien du plairsir.

  • Finalement une belle journée après les précipitations de la veille.
    Nous sommes montés par le chemin du Génie puis vers le sommet du Rainkopf d'où la descente vers le col des Marchands (= col de Rothenbach) est agréable malgré un enneigement limite. Les premières pentes, sous le sommet de Rothenbach, sont difficilement skiables du fait du manque de sous-couche, par contre la descente du "ravin de la Thur" est excellente en bordure de forêt avec une neige encore poudreuse.
    L'épaisseur est juste suffisante pour terminer les 150 derniers mètres en forêt avant la remontée au col de l’Étang.
    Une boucle parfaite pour 650 m de dénivelé qui se termine avec un ciel bleu immaculé.
    Encore une sortie réussie..

  • Les skis sont restés dans la voiture, les raquettes sur le sac à dos jusqu'à la route des crêtes où j'étais content de les mettre à mes pieds. Cette belle rando avec une excellent créneau météo au lendemain d'une chute de neige, termine bien l'année et remplacera mon traditionnel Grand Rocher de Nouvel An...
    Du sommet l'Oberland est à toucher du doigt, le Mont Blanc et les aiguilles de Chamonix se reconnaissent bien. Vraiment les Vosges sont un grand massif.
    BONNE ANNEE A TOUS LES ALPI-VOSGI-RANDONNEURS... sans pour autant oublier ceux des autres montagnes du monde..

  • Première neige et première sortie, inhabituellement précoce pour les Vosges. L’enneigement est très correct en quantité et en qualité mais le haut est balayé par le vent, avec des zones cartonnées un peu désagréables.
    Arrivé au col de Ferschmuss j'abandonne l'idée de monter au Rainkopf qui est dans un épais brouillard et qui est balayé par un vent violent. Je m'en protège dans la forêt et je retrouve les bourrasques au sommet du Kastel.
    Descente en bordure de piste, la neige est un peu meilleure en lisière. Retour par le chemin, facile et toujours bien skiant.
    Ca manquait un peu de soleil, mais je suis quand même bien content de cette remise en jambe.

  • Partis du Gleyzin, la Croix du Léat est atteinte en 2 heures, nous continuons la traversée sur Tigneux et la Petite Valloire atteinte 1 heure plus tard. Voici la ballade d'automne idéale surtout lorsque le soleil ravive les couleurs chatoyantes des alpages contrastant avec l'ambiance glaciale de la haute vallée de Gleyzin..

  • Enfin le beau temps revenu pour cette belle balade, mais les pluies de derniers jours nous ont laissé des chemins bien glissants. Nous échappons aux nuages toute la journée et la douceur du soleil nous permet le casse croûte au sommet à l'abri du vent.
    Belle journée sur ce Som que nous n'avions jamais gravi..

  • Camping avec sanitaires et douches (payantes)
    Pas de restauration


    http://www.utivist.is/english/basar-hut/


     


     

    .

  • Il s'agit d'un des sommets réalisés au cours d'un voyage-trekking organisé par Allibert du 2 au 11 août 2013, qui permet de randonner au départ des 3 grands sites de la région sud-est de l'Island:
    - Porsmök => ascension de l'Eyjafjalla dont l'éruption nous avait bloqué 1 semaine à Katmandou en avril 2010 au retour d'un trek himalayen
    - Skaftafell => ascension du Kristinartindar
    - Landmannalaugar => lac Frostastaöavant et volcan Blahnukur
    Même si les conditions météo ne sont pas toujours clémentes, les températures restent tout à fait supportables (malgré la journée de pluie discontinue à Landmannalaugar).
    Les paysages sont d'une beauté exceptionnelle avec des couleurs inattendues dans cet univers de glace, de roches volcaniques, et de végétation rase et curieuse.

    Voici quelques photos: https://plus.google.com/photos/106667293671125990408/albums/5922113801564482929?banner=pwa&authkey=CNHAzOX9n-aMoAE
    .

  • VARIANTE DU KASTELBERG à KOEPFLE:
    Du sommet du Kastelberg, descendre, plein est, sur le versant alsacien en direction de Koepfle: c'est d'abord un beau dôme peu pentu et bien régulier, progressivement la pente s'incline un peu plus sans jamais devenir difficile ni exposée; dans le milieu un courte rupture de pente peut inciter à la prudence, elle se contourne facilement; le bas est une forêt de jeunes arbres épars.
    De Koepfle, la remontée se fait par un chemin balisé d'un triangle bleu qui rejoint la ferme-auberge du Kastelberg (fermée en hiver), il n'y a plus qu'à remonter ce dôme qui est aussi beau à la remonté qu'à la descente et refiler sur le versant lorrain..

  • Sortie du 10 février. S'il y avait une journée à ne pas manquer, c'est bien celle là! Neige poudreuse en abondance, grand soleil, froid pinçant mais pas trop de vent. Des conditions qui font que quelquefois les Vosges n'ont rien à envier aux Alpes.
    Nous sommes partis du lac de Retournemer (776 m) dans une forêt ornée de neige et de givre; le sommet du Hohneck, habituellement balayé par le vent, était pour une fois recouvert d'une vingtaine de centimètres de poudreuse sur un fond dur. En-dessous de la ferme de Shiessroth la poudreuse n'en finit pas, nous continuons à descendre de clairières en clairières avant de remonter au Hohneck par le col de Schaeferthal. Au total environ 950 m de dénivelé dans des conditions excellentes..

  • Les conditions du week-end n'ayant pas été très favorable, il ne fallait pas louper le créneau météo de ce mardi
    Par le fond du vallon, je suis monté directement au sommet du Kastelberg. Du sommet descente, plein est, sur le versant alsacien en direction de Koepfle: c'est d'abord un beau dôme recouvert de 20 cm de poudreuse sur un fond dure, progressivement la pente s'incline un peu plus sans jamais devenir difficile ni exposée, le bas est une forêt de jeune arbres éparses. De Koepfle, la remonté se fait par un chemin balisé d'un triangle bleu qui rejoint la ferme-auberge du Kastelberg (fermée en hiver), il n'y a plus qu'à remonter ce dôme qui est aussi beau à la remonté qu'à la descente et refiler sur le versant lorrain.
    Cette descente sur le versant alsacien est vraiment très belle et permet de faire un sortie qui avoisine les 1000 m de dénivelé..

  • Malgré les pluies de ces derniers jours la neige est là quand même; le coup de froid de la veille a donné 10 à 20 cm de fraîche qui permettent de beaux virages dans la pente nord du Rainkopf et la descente de la forêt du Kastel. L’éclaircie annoncée est brève mais elle nous offre des contrastes lumineux avant la nouvelle arrivée de la grisaille qui ne nous enveloppera jamais complètement.
    Encore une journée bien réussie sur ce sommet vosgien incontournable..

  • Incontournable randonnée pour bien finir l'année et préparer la suivante.
    BONNE ANNÉE 2013 à tous les alpi-randonneurs..

  • Option Rothenbachkopf pour changer un peu. Autant de soleil que la dernière fois mais un froid bien plus mordant qui n'a pas découragé la quinzaine de skieurs ou raquetteurs croisée sur les crêtes..

  • Itinéraire :
    Le sentier n’est pas difficile, mais souvent vertigineux et humide donc glissant, nécessitant beaucoup de prudence. Les passages délicats sont sécurisés par des mains courantes et quelques courtes passerelles qui ont été refaites à neuf ces dernières années. Cotation R2 .
    Le sentier est interdit en période hivernale (en raison de la présence de glace et du risque d’avalanches).

    Le départ du sentier des Roches, dont le balisage par un rectangle bleu est excellent, se situe une centaine de mètres après le col de la Schlucht, sur la droite. Il chemine entre forêt et rochers et traverse un petit tunnel ; ensuite le chemin devient plus facile et rejoint la ferme auberge de Frankenthal où l’on peut se restaurer durant la saison touristique d’été (1 heure 30)
    De là prendre soit vers la droite (est) le couloir de Falimont jusqu’au col homonyme, soit tout droit (sud) par le sentier de la grotte Dagobert jusqu’à la métairie de Schaeferthal (1 heure) entre petit et grand Hohneck, dont on atteint le sommet en 25 minutes.
    Retour par la crête surplombant les rochers de la Martinswand, puis la chaume des Trois Fours (refuge CAF), 1 heure 15 jusqu’au col de la Schlucht.
    A lire :
    -La belle description qu’en fait Alain Bonnet dans Vosges-rando.net référencé ci-dessus
    -Les plus belles randonnées de Vosges Jérôme et Anne Renac (Glenat).

  • VARIANTE AU DEPART DU CAMP DE TABORS

    Sur la route reliant le col des Feignes au Collet (de la Schlucht pas d'Allevard) se garer à l'anciennne piste de ski 500 m après le "camp des Tabors" (altitude 1067 m). Remonter la piste de ski sur quelques centaines de mètres et prendre le second chemin (ronds rouges) qui débouche directement au col de Falimont puis au sommet du Hohnek.

    Par bon enneigement on peut même partir de la Maison forestière du lac de Retournmer (781 m) par le Chemin des Dames qui débouche au parking de l'ancienne piste de ski.

    Du sommet du Petit Hohneck, on peut redescendre la piste de ski versant nord, fermée en fin de saison, et rejoindre le col de Schaeferthal par un sentier délicat (triangle rouge, faussement représenté par un triangle bleu sur la carte), nécessitant un court déchaussage pour passer une petite barre (à déconseiller par fort enneigement++).

    Cette variante permet d'emprunter des versants peu ensoleillés, conservant la neige un peu plus longtemps..


  • Juste: lac des Truites ou Forlet et non Lac Vert J'ai rectifié.

  • BELLEDONNE (SAVOIE)
    Partis en ski de randonnée : trois morts dans une coulée de neige
    par La Rédaction du DL | le 07/03/09 à 21h35


    Dans cette grande pente, pleine face nord, trois personnes ont été tuées par une avalanche samedi après-midi. La coulée les a emportées à 1 570 mètres d'altitude, alors qu'elles s'avançaient en direction de la pointe du Chapotet (2 076 m), à la limite de la Savoie et de l'Isère. Les victimes sont deux hommes, dont un est âgé de 58 ans, et une femme de 48 ans habitant Chambéry (Savoie). Ils pratiquaient le ski de randonnée. Un autre groupe de randonneurs, qui suivait une trace, a vu le pire se produire et a prévenu les pompiers.

    Retrouvés avec leurs Arva
    Ces cinq témoins, montagnards expérimentés, évoluaient sur la grande montagne de Presle, dans le massif de Belledonne. Sous leurs yeux, l'avalanche est partie à 14 h 15. Elle a recouvert "un chemin dangereux, un endroit évité par les habitués, une zone réputée avalancheuse", a décrit un pompier. Elle a surtout enseveli les trois randonneurs. Après le passage de la coulée, très poudreuse, qui a parcouru près de 350 mètres sur une largeur de 50 mètres, des traces de ski et un bâton ont été aperçus en surface par les témoins.

    Eux ont dégagé un premier corps sans vie, puis les secours, héliportés sur place, ont retrouvé les deux autres dans les minutes qui ont suivi. Les trois victimes étaient équipées d'Arva (appareils de recherche de victimes d'avalanche) en état de fonctionnement, "ce qui les a rendues rapidement localisables", selon un officier. Samedi soir, leurs identités n'avaient pas été communiquées.
    Trois hélicoptères de la sécurité civile ont été utilisés par les pompiers pour accéder au sommet du Chapotet, qui fait face à la pointe de Rognaix. Deux médecins et six secouristes ont participé aux recherches. 25 hommes avaient également été mobilisés et regroupés à La Rochette pour effectuer d'éventuels sondages dans la poudreuse. Mais ce dispositif préventif n'a pas été activé.
    En fin d'après-midi, les corps ont été redescendus au centre de secours de La Rochette, où un point de commandement avait été établi. Les cinq témoins ont aussi été évacués par la voie des airs et ont été vus par un médecin. Leurs témoignages devaient être recueillis dans la soirée par les gendarmes. Les enquêteurs devront déterminer les circonstances du drame, et notamment l'itinéraire parcouru par les trois skieurs ensevelis.
    De fortes précipitations ont été enregistrées en milieu de semaine sur ce massif. Sur le lieu de l'intervention, un pompier a fait état "d'importantes accumulations de neige fraîche, ce qui a pu déclencher la coulée à leur passage". Le risque d'avalanche était marqué, d'un niveau trois sur une échelle allant jusqu'à cinq.



    Pierre-Éric BURDIN
    Paru dans l'édition 38H du 08/03/2009 (90356).

  • id

    Itinéraire en traversée sur 2 jours:

    - 1er jour: de la station du Pleynet, monter à la Belle Etoile, descendre sur les 7 Laux où les emplacements de bivouak ne manquent pas (et où l'on peut dormir au refuge)

    - 2 ème jour: Rocher Blanc par le Col de l'Amiante (les crampons ne sont sûrement pas nécessaires en cette saison, en remontant le col par les éboulis un peu raides en longeant ce qui reste de neige), descente par la Combe Madame sur la Martinette (un douzaine de Km en stop pour récupérer la voiture au Pleynet)

    Il suffit de faire, à l'envers, les étapes 4 et 3 du topo:
    http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=1556&id_sport=2


    Le Toit du Cos est aussi une très belle balade, mais la vue est à peu près identique à celle du Rocher Blanc et la partie basse de l'itinéraire est commune jusqu'au lac Blanc au moins, où alors il faut partir au dessus du lac du Cos mais le cheminement est beaucoup plus délicat (barres, arête...) peu conseillé.

    Bonne randonnée[url][/url].

  • Refuge sympathique, sur le chemin du Buet, du col de Salenton, et du col de bérard.
    Pas de refuge d'hiver.

  • Le paradis des marmottes!


    tout sur le site web http://www.refugelafemma.com


     

    .

© 2017 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Indentification

Sports